Menu
S'identifier

Stagnation en 2019 pour le port de Rotterdam

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 27.02.2020 | Dernière Mise à jour : 27.02.2020

La direction insiste également sur l’importance du virage énergétique, afin que le port de Rotterdam contribue à la réalisation des objectifs climatiques des Pays Bas.

Crédit photo Port de Rotterdam

Le port de Rotterdam a présenté pour 2019 des résultats décevants, avec une stagnation de son activité. L’an passé, la zone portuaire a traité 469,4 millions de tonnes (Mt) transbordées, contre 469 Mt en 2018.

Récemment engagé dans l'approvionnement en électricité pour les navires, le port de Rotterdam a présenté pour 2019 des résultats décevants, avec une stagnation de son activité. L’an passé, la zone portuaire a traité 469,4 millions de tonnes (Mt) transbordées, contre 469 Mt en 2018. Mécaniquement, son chiffre d’affaires a même légèrement reculé, à 706,6 millions d’euros (M€), contre 707,2 M€ en 2018, tandis que le résultat net passait de 254 à 241 M€ d'une année à l'autre.

La croissance des activités pétrole brut, conteneurs, et GNL n’a pu compenser le recul du charbon et des produits pétroliers. Pour la cinquième année consécutive, Rotterdam a vu progresser les quantités de pétrole brut traitées de plus de 100 Mt, avec une hausse de 3,9 % l’an passé. La mise en place de subventions aux carburants propres explique le développement des volumes transbordés de GNL, tandis que le recul du charbon (- 14,8 % par rapport à 2018) explique en grande partie la baisse générale des vracs secs.

Des objectifs climatiques

L'exercice 2019 s’est avéré décevant pour l’activité conteneurs (+ 2,1 %, à 14,8 MEVP) après un bon début d’année. Les transbordeurs rouliers ont connu une légère hausse de leur activité de 0,8%, avec de grosses disparités selon les mois, liées à la constitution de stocks dans les mois précédant le Brexit, entre le 31 mars et le 31 octobre 2019. La fin de l’année a été marquée par un léger recul de l’activité, lié à la stagnation des exportations allemandes.

"Nous avons maintenu le volume de 2018, mais il n’est pas question de se reposer, explique le directeur général de la zone portuaire, Allard Castelein. Nous agissons à la consolidation de notre leadership, et cela passe par d’importants investissements. Le succès d’un port moderne ne se mesure pas qu’à la quantité transbordée. Plus qu’une capacité de transbordement élevée, la demande va aujourd’hui à davantage de rapidité et à des ports ‘intelligents’. " La direction insiste également sur l’importance du virage énergétique, afin que le port de Rotterdam contribue à la réalisation des objectifs climatiques des Pays Bas.

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format