Menu
S'identifier

Port de Dunkerque : les résultats 2016 confortent la stratégie conteneurs et logistique

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 12.01.2017

Le port de Dunkerque enregistre un trafic en hausse de 0,3% à 46,7 Mt en 2016.

Crédit photo © Port de Dunkerque

(+ VIDÉO) Le port de Dunkerque a totalisé un trafic de 46,7 millions de tonnes en 2016, en hausse de 0,3%. Parmi les points de satisfaction : la filière conteneurs, en progression de 7%. Un sillon que le port entend creuser, notamment en développant les surfaces logistiques.

Des résultats modestes mais prometteurs : c'est en substance le regard que porte Stéphane Raison, le président du directoire du Grand Port Maritime de Dunkerque, sur l'année 2016. 

Les marchandises diverses, qui génèrent 44% du trafic global, connaissent une légère baisse : -1% à 20,3 Mt. Le trafic transmanche, qui avait connu une année 2015 exceptionnelle en raison des difficultés de MyFerryLink à Calais, se replie de 2% à 16 Mt. Le nombre de camions et remorques régresse dans les mêmes proportions, avec un total de 680 000 unités de fret (-2%), la chute étant plus brutale côté passagers.

Trafic record pour les conteneurs

À l'inverse, le trafic conteneurs s'illustre avec un nouveau record : 341 041 EVP (+7%), dont 221 196 EVP pleins (+7% également). En tonnes, la hausse s'élève à 4% (3,15 Mt). 

On est certes encore loin des volumes traités par les grands ports du nord de l'Europe. Mais le port a réussi à attirer de nouveaux chargeurs et ses ambitions logistiques ne s'arrêtent pas là, comme en témoignait la visite très symbolique du fondateur du groupe Mulliez en février 2016. Stéphane Raison évalue les parts de marché actuelles du port à 75% dans un rayon de 40 à 50 km, 30% dans un rayon de 100 à 150 km et seulement 10% au-delà. Il reste donc du grain à moudre, avec le soutien d'une région Hauts-de-France particulièrement sensibilisée à l'avenir de Dunkerque. Le président du directoire nous détaille les pistes de développement.

Nouvelles liaisons ferroviaires 

Pour accompagner son ambition dans le conteneur, le port de Dunkerque développe une stratégie de report modal. Là encore, la marge de progression reste importante. Les modes alternatifs ne représentent en 2016 que 11% du total, mais c'est déjà 4 points de mieux qu'en 2015. La palme de la croissance revient au fluvial, qui est passé de 4 à 7% de part modale en un an, avec un peu plus de 20 000 EVP. Un résultat fortement corrélé à l'harmonisation des THC.

Le ferroviaire gagne quant à lui 1 point pour atteindre une part de marché de 4%, frôlant les 10 000 EVP. Stéphane Raison a annoncé pour le mois de mars le lancement d'une nouvelle liaison ferroviaire vers Strasbourg, qui était dans les tuyaux depuis plusieurs années. Une concrétisation parmi d'autres de l'accord de partenariat signé en juin 2016 entre le Grand Port Maritime de Dunkerque et SNCF Logistics.

"Nous travaillons également sur une liaison à destination du sud de l’Oise pour desservir le nord de la région parisienne et surtout le sud de la région Hauts-de-France. Les études sont en cours", a précisé Stéphane Raison, ajoutant que la connexion de Dunkerque à Dourges par voie ferroviaire reste aussi une priorité.

Une station GNL en 2018 pour les transporteurs

Si le report modal est au cœur de la stratégie de Dunkerque, le port n'en délaisse pas pour autant la route, conscient de l'importance de ce mode dans l'organisation des flux. Le port va lancer en 2017 la réalisation d'une station d'avitaillement en gaz naturel liquéfié, qui doit être mise en service au premier trimestre 2018.

Légère hausse des vracs solides

Les vracs solides constituent, avec les marchandises diverses, le deuxième pilier de l'activité du port de Dunkerque. En 2016, ce courant de trafic a  représenté 47% du volume global avec un total 22,1 Mt (+1%). Les minerais sont stables, malgré un arrêt de l'usine sidérurgique dunkerquoise d'Arcelor Mittal pour maintenance durant 40 jours début 2016. Le trafic de charbon et les flux des autres vracs solides (laitiers, ciments, ferrailles, sables, etc...) progressent. En revanche, les céréales sont en repli, en raison notamment de la mauvaise récolte 2016 qui pèse sur la fin de l'année.

Les vracs liquides, enfin, occupent proportionnellement une part modeste dans les volumes du ports, avec 4,3 Mt (+2%). L'année a été marquée par l'arrivée des premières tonnes de GNL lors des escales tests du nouveau terminal méthanier. L'activité commerciale va maintenant démarrer, avec un premier navire attendu le 23 janvier.

Les principaux chiffres 2016

Vracs solides : 22,1 Mt (+1%)

  • Minerais : 11,5 Mt (stable)
  • Charbon : 5,4 Mt (+6%) Autres vracs solides : 2,4 Mt (+9%)
  • Céréales : 2,8 Mt (-8%)

Marchandises diverses : 20,3  Mt (-1%)

  • Transmanche : 16 Mt (-2%)
  • Conteneurs : 3,15 Mt (+4%)
  • Marchandises conventionnelles : 1,2 Mt (-6%)

Vracs liquides : 4,3 Mt (+2%)

  • Hydrocarbures : 3,8 Mt (+2%)
  • Autres vracs liquides : 0,5 Mt (+5%)

Thème(s) associé(s)

Ports

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format