Menu
S'identifier

Les trafics maritimes d’Haropa progressent sur les six premiers mois de l’année

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 03.07.2017

l;e havre

Depuis le 1er avril, trois grandes alliances maritimes mondiales (2M, THE Alliance et Ocean Alliance) ont choisi Haropa pour y développer leurs services.

Crédit photo Le Havre Port

Au premier semestre 2017, Haropa revendique un trafic maritime en progression de 1,9 %. Selon l’autorité portuaire, c’est surtout le trafic de conteneurs, dont le tonnage a grimpé de 12,4 %, qui dope ces résultats.

Un début d’année honorable pour les ports du Havre, Rouen et Paris. En effet, Haropa vient de dévoiler une progression de 1,9 % de son trafic maritime, qui s’établit à 38,54 Mt à fin mai. "Le démarrage de l’année 2017 est notamment boosté par le trafic de conteneurs qui affiche la meilleure progression depuis 5 ans", indique Haropa dans un communiqué de presse.

Un effet d’alliance

En effet, avec des trafics de 12,2 Mt (+ 12,4 %) et 1,2 MEVP (+ 7,8 %), les trafics de conteneurs ont commencé à tirer parti d’un effet conjoncturel. "Depuis le 1er avril, trois grandes alliances maritimes mondiales (2M, THE Alliance et Ocean Alliance) ont choisi Haropa pour y développer leurs services. Ce sont ainsi 700 ports qui sont touchés dans le monde via 4 000 offres commerciales hebdomadaires", explique l’autorité portuaire.

Au port du Havre, cela s’est traduit par 4 000 unités de transport intermodal (UTI) traitées par mois, dont 40 % en fluvial et 60 % en ferroviaire.

Des raffineries à plein régime

De leur côté, les trafics de vracs liquides ont atteint 20,6 Mt (+6,2 %). Un segment particulièrement porté par le trafic de pétrole brut, notamment par les "raffineries de l’axe Seine qui tournent à plein régime".  Mais si les importations de brut ont progressé de 25 % (11,2 Mt), le besoin d’importer des produits raffinés a diminué d’autant. Conclusion : les trafics de produits raffinés baissent de 12 %, à 7,2 Mt.

Une succession de mauvaises campagnes

Avec 4,6 Mt (- 29 %), les trafics de vracs solides ont de nouveau souffert d’une mauvaise campagne céréalière. "Malgré des chargements toujours faibles, la tendance s’est légèrement améliorée sur les mois de mars, avril et mai qui ont connu des tonnages moyens mensuels autour de 0,5 Mt, contre un début de campagne à 0,2 Mt/mois", explique Haropa.

Enfin, avec 160 000 véhicules enregistrés sur les six premiers mois de l’année, les trafics rouliers ont augmenté de 16 %.

Thème(s) associé(s)

Ports Conteneurs Vracs liquides Vracs secs

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format