Menu
S'identifier

Le transport maritime veut taxer son carburant de 2 $ la tonne

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 08.01.2020 | Dernière Mise à jour : 08.01.2020

La proposition comprend la constitution d’un fonds d'environ 5 ​​​​​​​milliards de dollars sur une période de 10 ans, avec l’objectif de développer des navires "commercialement viables à zéro émission de carbone d'ici le début des années 2030".

Crédit photo DR

La plupart des armateurs mondiaux entendent instaurer une taxe sur l’achat de carburant afin de financer la recherche pour des énergies alternatives non polluantes.

De nombreuses associations d’armateurs, qui représentent plus de 90 % des acteurs du secteur, ont proposé le 18 décembre dernier de créer une taxe sur le carburant, qui permettrait de financer le premier programme collaboratif de R&D maritime au monde dédié à l’élimination des émissions de CO2 du transport maritime international. La proposition comprend la constitution d’un fonds d'environ 5 ​​​​​​​milliards de dollars sur une période de 10 ans, avec l’objectif de développer des navires "commercialement viables à zéro émission de carbone d'ici le début des années 2030". Le texte est notamment soutenu par la Chambre internationale de la marine marchande (ICS, soit 80 % des acteurs) ainsi que l'Organisation maritime internationale (OMI), le World Shipping Council (WSC) ou le BIMCO (Conseil maritime Baltique international). 

Objectif ambitieux

Le transport maritime international représente environ 90 % du commerce mondial et est actuellement responsable d'environ 2 % des émissions mondiales de CO2. Pour atteindre les objectifs de l'Accord de Paris sur le changement climatique, l’OMI a fixé en 2018 une réduction absolue des émissions totales de gaz à effet de serre d'au moins 50 % d'ici 2050, quelle que soit la croissance des échanges à venir, avec une décarbonisation complète peu de temps après. Cet objectif est intenable avec les carburants fossiles actuels et obligera à déployer de nouvelles technologies et systèmes de propulsion zéro carbone, "tels que l'hydrogène et l'ammoniac verts, les piles à combustible, les batteries et les carburants synthétiques produits à partir de sources d'énergie renouvelables", soulignent les armateurs. 

2 dollars par tonne

L'industrie du transport maritime propose la création d'un Conseil international de recherche et de développement maritime (IMRB), une organisation non gouvernementale de R&D qui serait supervisée par les États membres de l'OMI. Cette organisation serait financée par les compagnies maritimes du monde entier via une contribution obligatoire de R&D de 2 $ par tonne de carburant marin achetée. "2 dollars par tonne généreront environ 5 milliards de dollars sur une période de dix ans – sur la base d'une consommation totale de carburant par la flotte mondiale d'environ 250 millions de tonnes par an – ce qui, selon nous, devrait être suffisant pour accélérer l'effort intensif de R&D", indique Simon Bennett, secrétaire général adjoint de l’ICS. La proposition sera soumise aux pays membres de l’OMI en mars 2020, lors de la prochaine réunion du Comité de la protection du milieu marin.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format