Menu
S'identifier

Le transport maritime s'engage aussi dans la réduction des émissions de CO2

Actu-Transport-Logistique.fr | Homepage | publié le : 16.04.2018 | Dernière Mise à jour : 16.04.2018

Le transport maritime international s'engage à réduire ses émissions de gaz à effet de serre d'au moins 50% d'ici 2050.

Crédit photo Port de Marseille

Les pays membres de l'Organisation maritime internationale (OMI) ont adopté le 13 avril une stratégie initiale visant à réduire les émissions de gaz à effet de serre des navires. Cet accord définit des objectifs et un calendrier.

Le transport maritime intègre à son tour les impératifs de réduction de gaz à effet de serre avec, pour la première fois, un engagement à l'échelle internationale dans le cadre de l'OMI. L'accord signé le 13 avril par les membres de l'organisation prévoit "une réduction des émissions des navires d'au moins 50% par rapport au niveau de 2008", tout en appelant à "poursuivre les efforts vers une décarbonation totale".

Concernant plus particulièrement les émissions de CO2, l'accord vise une diminution d'au moins 40% d'ici 2030 et la mobilisation de tous les efforts pour atteindre -70% d'ici 2050.

Dans la droite lignes des accords de Paris

Le ministre de l'Écologie, Nicolas Hulot, et la ministre des Transports, Élisabeth Borne, ont salué dans un communiqué conjoint cette stratégie qui s'inscrit dans la droite ligne des objectifs de l'accord de Paris en matière de réchauffement climatique. "Le transport international représente actuellement 2% à 3% des émissions d'origine anthropique de CO2 au niveau mondial. Si rien n'avait été entrepris, ses émissions auraient pu augmenter de 50% à 250% d'ici 2050", rappelle le communiqué.

Vers des mesures juridiquement contraignantes

Le ministère insiste néanmoins sur la nécessité "d'élaborer au plus vite les mesures juridiquement contraignantes indispensables à l'atteinte de ces objectifs". Selon Nicolas Hulot, d'ici une quinzaine d'années, "tous les nouveaux navires devront être zéro émission ou presque, ce qui marque une vraie rupture".

La Commission européenne, qui s'est également félicitée de cet accord intervenu à l'OMI, estime également que "les mesures à prendre à court terme doivent être rapidement adoptées, et déployées avant 2023. Elle invite également les parties prenantes à démarrer au plus vite la préparation des mesures de long terme.

Auteur

  • Anne Kerriou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format