Menu
S'identifier

Aérospatial : un premier satellite embarque au port de Nantes-Saint-Nazaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Maritime | publié le : 18.06.2018 | Dernière Mise à jour : 19.06.2018

Embarquement du satellite Aeolus au terminal roulier de Montoir-de-Bretagne. L'ensemble du chargement était de l'ordre de 70 t.

Crédit photo O. Constant

Un des navires rouliers transportant habituellement des éléments d’Airbus a été affrété auprès du groupe Airbus pour le transport d’un satellite, une première pour le port de Nantes-Saint-Nazaire. Il est attendu au port de Cayenne, en Guyane, le 28 juin, avec pour destination finale la base de lancement de Kourou.

Déjà le siège d’un important trafic réalisé pour le compte d’Airbus, le port de Nantes-Saint-Nazaire déploie également à présent ses capacités dans le domaine aérospatial. Il a en effet été choisi pour l’expédition d’un satellite destiné à l’Agence Spatiale Européenne (ESA). Répondant au nom de Aeolus, ce satellite destiné à observer le profil des vents à l’échelle du globe a été embarqué à bord du navire roulier Ciudad de Cadiz le 15 juin 2018, destination Kourou via le port de Cayenne.

La voie maritime privilégiée

Traditionnellement, ces satellites empruntent la voie des airs pour être acheminés en Guyane. Mais le transport aérien ne pouvait pas être envisagé pour Aeolus compte tenu de sa spécificité. Son instrument de mesure est tellement sensible qu’il pourrait être endommagé par une perte soudaine de pression. Airbus a donc profité d’un créneau disponible du navire précité pour le charger à bord d’un des navires rouliers gérés par le Groupe Louis Dreyfus Armateurs.

L’ensemble du chargement composé d’un ensemble routier transportant le satellite d’une masse de 1,33 tonne et de six conteneurs transportant ses composants a quitté le terminal roulier de Montoir-de-Bretagne le 15 juin au soir.

Un second satellite d’ici deux/trois ans

Acheminé à une vitesse d’environ 15 nœuds, le satellite conçu par Airbus Defence and Space est attendu au port de Cayenne le 28 juin. Il sera ensuite transféré sur la base de lancement de Kourou, sa mise en orbite étant programmée le 21 août prochain.

Des représentants du groupe Airbus ont indiqué que "le coût d’acheminement du satellite par voie maritime est légèrement inférieur à ce qu’il aurait été par la voie aérienne". Ils n’excluent pas, par ailleurs, "la possibilité d’envoyer un nouveau satellite par la voie maritime d’ici deux ou trois ans".

En attendant, le site de stockage des éléments d’Airbus destinés à la chaîne d’assemblage d’Airbus de Mobile (États-Unis) commence, à nouveau, à se remplir. Le départ de la troisième rotation est prévu début juillet 2018, la première ayant eu lieu le 3 mai 2018.

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format