Vers l'émergence d'une flotte clandestine de méthaniers ?

Article réservé aux abonnés

Alors que les Vingt-Sept ont entamé les négociations sur la prochaine série de sanctions contre la Russie, qui pourraient viser le gaz russe, jusqu'à présent épargné par les restrictions, la probabilité que se développe une flotte fantôme de méthaniers, sur le modèle du pétrole, n'est plus une vue de l'esprit. Plusieurs signes en attestent.  
Les navires de la flotte dite « noire », qui n'ont pas de comptes à rendre parce qu'ils opèrent sous le radar, a occupé une bonne partie des échanges à l'occasion de l'un des grands rendez-vous internationaux du secteur, Posidonia 2024.

À cette occasion, Harry Conway, président du Comité de protection du milieu marin (MEPC) de l'Organisation maritime internationale (OMI), est revenu sur les questions réglementaires et sécuritaires posées par ce bataillon, évalué à 787 unités au niveau mondial (93,7 millions de tpl) par le courtier BRS, soit l'équivalent…
La suite est réservée aux abonnés

Accédez en illimité à nos contenus et à nos newsletters thématiques

S'abonner

Cet article est réservé aux abonnés

Marchés

Règlementation

Boutique
Div qui contient le message d'alerte
Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire
Mot de passe oublié

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ?

Contactez le service client abonnements@info6tm.com - 01.40.05.23.15