Menu
S'identifier

Transport fluvial : CFT expérimente un carburant alternatif, l'Oleo100

Actu-Transport-Logistique.fr | Fluvial | publié le : 02.04.2021 | Dernière Mise à jour : 07.04.2021

Il a suffi à l’opérateur d’effectuer un curage de la soute et de séparer les circuits de carburants pour tenter une expérimentation sur un des deux moteurs de sa barge Sandre, propulsée également par deux hélices.

Crédit photo CFT

La Compagnie fluviale de transport (CFT) s'est lancé un défi, expérimenter un carburant alternatif dans le cadre de sa démarche RSE (responsabilité sociétale des entreprises). Elle a choisi l'Oleo100, issu du colza, initialement destiné aux poids lourds.

Une première dans le transport fluvial. CFT (Compagnie fluviale de transport) cherchait une solution de décarbonation peu coûteuse et utilisable à court terme dans le cadre de sa démarche RSE (responsabilité sociale des entreprises). C'est l'Oleo100, carburant 100 % végétale et renouvelable issue du colza, pour les transporteurs routiers, qui a été sélectionné pour une expérimentation de six mois. 

Une solution immédiate et peu coûteuse

Il a suffi à l’opérateur d’effectuer un curage de la soute et de séparer les circuits de carburants pour tenter une expérimentation sur un des deux moteurs de sa barge Sandre, propulsée également par deux hélices.

L’expérience s’est révélée positive à tous niveaux, sans déperdition de puissance ni problème de maintenance, d’usure prématurée ou de dilution dans l’huile moteur. "Oleo100 est une solution concrète et immédiate pour s’inscrire dès aujourd’hui et sans investissement dans la transition énergétique", constate Steve Labeylie, Responsable relations institutionnelles chez CFT.

Tout est bon dans l’Oleo100 

Variante française du B100, l’Oleo100, commercialisé par Saipol, filiale du groupe Avril, est issu de cultures de colza françaises, à partir de biomasse. Selon l’Ademe, du champ aux cuves de l’opérateur fluvial, l’Oleo 100 restitue 3,7 fois plus d’énergie qu’il n’en faut pour le produire. Il permet une réduction de 60 % d’émissions de gaz à effet de serre, améliorant encore l’impact du transport fluvial sur la qualité de l’air. Ce carburant est également facilement dégradable dans l’eau. 

"Avec des performances similaires au gazole fossile pour un niveau de coût encore à évaluer précisément, l’utilisation d’Oleo100 est particulièrement simple pour les opérateurs fluviaux, explique Didier Leandri, président délégué général d’Entreprises fluviales de France (E2F). Il apporte de plus une réponse immédiate, dimensionnée et pragmatique aux défis environnementaux liés au transport et un débouché au colza produit par les agriculteurs français, complémentaire des autres carburants alternatifs (XTL, HVO) déjà expérimentés et pour certains déployés."

Acte 2, avec un autre type de carburant

L’expérimentation s’étant révélée concluante, "un acte 2" est prévu, avec un autre type de carburant, pour chercher à optimiser encore davantage le fonctionnement du moteur.

CFT (groupe Sogestran) détient plus de 200 unités fluviales, offre des solutions logistiques complètes pour le transport de colis lourds, de vracs liquides et solides, dangereux ou non, de véhicules et de conteneurs. Il opère aussi huit navires de mer destinés aux avitaillements, au transport de vracs liquides et de ciment.

Auteur

  • Marie-Helen Gallon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format