Menu
S'identifier

Les conditions du succès économique de la liaison fluviale Seine-Escaut

Actu-Transport-Logistique.fr | Fluvial | publié le : 16.01.2023 | Dernière Mise à jour : 16.01.2023

Il faut anticiper la question de l’occupation des territoires aux abords de ce canal, ainsi que l’aménagement des équipements nécessaires comme les logements, écoles, services pour les personnels des opérateurs économiques et portuaires qui s’installeront près du canal.

Crédit photo Alliance Seine-Escaut

La liaison de transport fluvial européenne Seine-Escaut devrait être mise en service en 2030. Pour le cercle économique de l’Alliance Seine-Escaut, il est urgent de sensibiliser les acteurs économiques des territoires afin qu'ils s'approprient ce futur outil logistique.

La liaison fluviale Seine-Escaut se concrétise bel et bien avec, en 2022, le démarrage des travaux. Sa mise en service est prévue en 2030, en raison de différents retards, notamment la crise sanitaire liée au Covid-19.

Il faut donc désormais prévoir le lancement et réunir les conditions de succès de ce canal de liaison de transport fluvial européenne Seine-Escaut au débouché Nord du canal Seine-Nord Europe (CSNE). C’était l’objet d’une réunion du cercle économique de l’Alliance Seine-Escaut, mardi 10 janvier 2023, à Nesle, dans la Somme, qui a rassemblé une soixantaine d’acteurs économiques et territoriaux.

Se préparer dès maintenant

Il en est ressorti qu’il était urgent de "sensibiliser les acteurs économiques des territoires à l’outil logistique que constituera ce futur système de transport". Mais également d’anticiper la question de l’occupation des territoires aux abords de ce canal, ainsi que l’aménagement des équipements nécessaires en conséquence comme les logements, écoles, services pour les personnels des opérateurs économiques et portuaires qui s’installeront près du canal.

Franck Grimonprez, président fondateur du groupe Log’s et président du Cercle économique de l’Alliance, a affirmé qu’il était indispensable pour les entreprises futures utilisatrices de se préparer dès maintenant afin d’être prêtes pour l’ouverture de la liaison fluviale européenne. Le succès économique du projet étant lié à la mobilisation des acteurs économiques, chargeurs, industriels, opérateurs des territoires.

Les clés du succès du report modal

Pour évoquer les opportunités liées au report modal vers le fluvial, Matthieu Blanc, directeur général de la CFT (Compagnie Fluviale de Transport), a présenté l’activité de son groupe et les conditions à réunir pour réussir le report modal vers le fluvial pour un acteur économique :

  • renforcer la compétitivité pour être moins cher que la route ou le ferroviaire ;
  • cibler les flux intéressants pour le fluvial estimés entre 80 000/100 000 t annuels ou 15 000 EVP annuels. Privilégier les entreprises génératrices de ces flux pour les installations bord à voie d’eau ;
  • pour les conteneurs, garantir un passage à trois couches pour assurer la compétitivité du fluvial ;
  • veiller à des coûts de manutention limités ;
  • une présence de plateformes tous les 40 km pour une bonne articulation avec les économies territoriales.

Anticiper les besoins fonciers

Alain Lefebvre, ancien directeur général des Ports de Lille et Président de l’Association Française des Ports intérieurs, estime essentiel d’anticiper les besoins fonciers sur une projection économique à 30 ans, et de "sanctuariser dès maintenant ces zones stratégiques, dans le respect des engagements pris avec la profession agricole".

Jean-François Dalaise, vice-président et secrétaire général de l’Alliance Seine-Escaut, a quant à lui évoqué que l’Etat pourrait répondre favorablement aux demandes et aux besoins des acteurs économiques concernant l’exclusion des obligations de zéro artificialisation nette (ZAN) pour les Grand ports maritimes français du Nord-Ouest comme pour le bord à canal Seine Nord Europe.

Pierre Berges, délégué général au développement de l’axe Nord, a rappelé que "l’Etat, au-delà de l’engagement crucial des acteurs - Région, Départements, EPCI, et syndicats mixtes -, se positionne en accompagnement de toutes les parties prenantes dans une logique d’axe CSNE/Oise aval."

En 2023, une enquête publique en vue de l’autorisation environnementale pour les 89 km nord du CSNE sera menée en fin d’année.

Auteur

  • Marie-Helen Gallon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format