Menu
S'identifier

La ligne capillaire fret Mignaloux-Nouaillé-Jardres s’offre un nouvel avenir

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 25.01.2019 | Dernière Mise à jour : 25.01.2019

C'est à l'issue d'un arrêt d'exploitation de seulement dix mois que les trains de fret ont pu circuler à nouveau sur la ligne Mignaloux-Nouaillé-Jardres.

Crédit photo OC

Le trafic de céréales vient de reprendre sur la ligne capillaire fret Mignaloux-Nouaillé-Jardres. Les travaux de remise en état de l’infrastructure ont permis aux trains de fret d’emprunter à nouveau cette infrastructure depuis le 22 janvier 2019. 

La Région Nouvelle-Aquitaine défend bec et ongles la pérennité du réseau de lignes capillaires fret irriguant son territoire. La réouverture de la ligne Mignaloux-Nouaillé-Jardres constitue une nouvelle illustration de cet effort financier conséquent puisque portant, au total, sur 16,4 millions d’euros (M€), Car la Région n’a pas hésité à prendre en charge 30 % des 4,8 M€ de coût de remise en état de la ligne, les autres contributeurs étant l’État avec une part de 35 %, SNCF Réseau (15 %), la Communauté Urbaine de Grand Poitiers (10,4 %) et Terrena (9,6 %). 


Une opération rondement menée

Inaugurée en 1883, cette ligne à voie unique, d’une longueur de 12 km, avait été fermée en mars 2018 pour cause de mauvais état de la voie. Mais à la faveur de la mise en place du tour de table financier en un temps record, les travaux de réhabilitation de la voie ont pu débuter dès le second semestre 2018.

À l’aide d’un train usine, ce sont, ainsi, 14 000 tonnes de ballast et 2 200 traverses qui ont été renouvelés. Les travaux se sont finalement achevés dans les derniers jours de décembre 2018. 
Unique chargeur, pour l’heure, de la ligne, Terrena a pu faire circuler un premier train le 22 janvier 2019. Remorqué par des locomotives Diesel de Fret SNCF, le convoi inaugural a circulé à la vitesse maximale permise par la ligne, soit 30 km/h. 

Des camions en intérim

En remplacement des camions qui ont assuré l’intérim durant l’interruption des circulations ferroviaires, les trains de fret chargés à 1 300 tonnes (22,5 tonnes à l’essieu) transporteront 70 000 tonnes de céréales à l’année. 70 % de ce trafic étant destiné au marché international, notamment l’Afrique du Nord.

Comme par le passé, les exportations se feront via le Grand Port Maritime de La Rochelle. À l’arrivée cette fois, Terrena continuera de recevoir 8 à 10 000 tonnes d’engrais solides à l’année.

D’autres réouvertures à venir 

Selon Éric Barrière, directeur de territoire Poitou-Limousin à Terrena, "ce trafic pourrait croître à l’avenir à la faveur de l’augmentation de l’écoulement du trafic permis par le raccordement au réseau fret." 
En attendant, la maintenance de la ligne a été confiée pour moitié à SNCF Réseau. En fonction des discussions en cours, le reliquat pourrait être confié à Terrena et à d’autres acteurs concernés par le dossier dont le Grand Port Maritime de La Rochelle. 


D’autres lignes capillaires fret de Nouvelle-Aquitaine pourraient rouvrir à l’avenir. "Des études sont, en effet, conduites en ce sens sur Niort-Parthenay et Parthenay-Saint-Varent. Elles concerneront aussi Mont-de-Marsan-Barcelonne-du-Gers en 2020", confirme Alain Autruffe, directeur de SNCF Réseau Nouvelle-Aquitaine.   

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format