Menu
S'identifier

Europorte France réalise un premier résultat bénéficiaire

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 29.03.2018 | Dernière Mise à jour : 29.03.2018

Europorte France exploite un parc de 74 locomotives, dont une vingtaine électriques.

Crédit photo OC

Europorte France a enregistré une légère hausse de ses trafics en 2017, mais surtout un premier résultat net positif. L’accent reste, cependant, mis sur la recherche d’une croissance rentable.

Comme nombre de ses homologues hexagonaux, Europorte France souhaite réaliser de la croissance rentable avec la meilleure qualité de service possible. C’est la raison pour laquelle les progressions de trafic ne sont plus aussi importantes que par le passé.

En prolongement de l’année 2016, qui s’était soldée par une stagnation de l’activité – une première depuis le démarrage des opérations en 2006 –, Europorte France a finalement réussi à augmenter son chiffre d’affaires de 1,72 % en 2017, le portant, ainsi, à 118 millions d’euros. Il a surtout affiché un EBITDA en forte croissance, à 6 millions d’euros, et un résultat net positif de 0,3 million d’euros, le premier de son histoire.

Commentant ces résultats, Pascal Sainson, président de la holding Europorte, indique que "nous avons légèrement dépassé nos objectifs par rapport au budget initial. Tous les trafics se sont bien comportés même si les céréales baissent en part relative. Nous avons, par ailleurs, renouvelé nos contrats historiques avec Gefco et Exxon pour une durée de trois ans. Enfin, nous avons démarré de nouveaux trafics avec Vynova et Lhoist. Le premier, à partir d’avril 2017, traduit bien notre capacité à proposer un plan de transport sans rupture de charge pour un client qui était prêt à abandonner le ferroviaire. Le second est un trafic d’ampleur puisqu’il correspond à quatre trains hebdomadaires chargés de chaux et de castine (1 400 tonnes nettes par train) et acheminés entre Sorcy-Dugny et l’Allemagne".

Une amélioration de la productivité de 28 % !

L’exercice 2017 s’est aussi traduit par un bond de la productivité de 28 %. C’est là la conséquence de la signature de l’accord de convention collective intervenu début 2017. C’est au terme d’une dizaine de séances de travail que cet accord unanime a pu être scellé. Il permet de conserver de la souplesse en cas d’aléas d’exploitation, par exemple. De fait, la régularité des circulations peut être préservée, un point essentiel puisque l’entreprise ferroviaire fait de la qualité de service l’un de ses chevaux de bataille (95 % en 2017). Surtout, cette nouvelle organisation confère au personnel (environ 800 personnes) une bien meilleure visibilité sur les repos qui leur sont octroyés, d’où une qualité de vie améliorée.

Ces 28 % de hausse de la productivité sont d’autant bienvenus qu’ils compensent, pour partie, la hausse ininterrompue du coût des sillons payés à SNCF Réseau (4 % prévus en 2018).

Solide début d’année

Au-delà de la disparition de Bourgogne Fret Service, une filiale commune entre Europorte France (67 %) et Cérévia (33 %) au 31 décembre 2017 et de la réintégration de ses activités au sein d’Europorte France, ce dernier connaît un solide début d’année 2018.

Travaillant à l’amélioration de ses résultats 2017, l’entreprise ferroviaire a démarré plusieurs nouveaux trafics dont celui de ciment pour le compte de Lafarge. Il s’effectue au départ de la gare du Teil (Ardèche) vers la Vendée et la région parisienne. Europorte France consolide aussi ses activités sur les matières dangereuses et la pétrochimie, "un secteur qui cherche de la qualité de service et qui la paie", explique Pascal Sainson. C’est d’ailleurs dans ce dernier secteur que des bonnes nouvelles pourraient intervenir prochainement. Total a, en effet, lancé un appel d’offres géant (plus d’un million de tonnes par an) pour un trafic de carburant et de chimie courant sur trois ans. Ce contrat réparti entre plusieurs opérateurs d’ici fin avril 2018 pourrait être l’occasion pour Europorte France de renforcer ses parts de marché existantes.

Ne pas casser la dynamique

Comme chaque année cependant, il existe une inconnue et celle de 2018 est assurément de taille, à savoir l’impact des grèves perlées décidées par les cheminots à partir de début avril. Elles pourraient en effet totalement désorganiser le bon acheminement des circulations et décider les chargeurs d’avoir recours à d’autres modes de transport comme la route et les barges fluviales. "Nous en appelons donc à la responsabilité des acteurs", insiste Pascal Sainson. Avant de conclure en indiquant que "deux jours de grève représentent pour les acteurs du secteur l’équivalent d’une semaine d’activité perdue".

Ce nouveau mouvement social intervient deux ans après celui de 2016 qui avait déjà fortement pénalisé l’activité du fret ferroviaire. "Certains opérateurs ont encore du mal à se remettre", précise, sur ce point, un communiqué de l’AFRA (Association Française du Rail).

Auteur

  • Olivier Constant

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format