Menu
S'identifier

Embranchements ferroviaires : CEREMA dévoile la base ITE 3 000

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 04.06.2020 | Dernière Mise à jour : 04.06.2020

Un tiers des ITE sont actuellement inutilisables tandis qu'un autre tiers concerne des ITE en mauvais état. Celle de Boussens est, en revanche, en bon état.

Crédit photo Olivier Constant

Avec la base ITE 3 000, la filière du fret ferroviaire dispose, enfin, d’un répertoire national des installations terminales embranchées. Présenté lors du séminaire "connaissances ferroviaires" organisé par l’association Norlink Ferroviaire le 26 mai dernier, cet outil devrait se révéler très précieux dans l’optique du doublement de la part modale du fret ferroviaire d’ici à 2030. 

Le fret ferroviaire ne brille pas, pour l’heure, ni pour ses données chiffrées de toutes natures, ni pour le recensement actualisé de ses infrastructures. La base ITE 3 000 qui constitue un répertoire national des installations terminales embranchées (ITE) vient donc combler un manque, celui de la connaissance des points d’entrée et de sortie du fret ferroviaire. 

Cinq ans de travail 

Créée par l’établissement public CEREMA, cette base a été présentée lors du premier séminaire digitalisé "connaissances ferroviaires" organisé par Norlink Ferroviaire. Elle est le fruit d’un travail de longue haleine qui a, ainsi, été dévoilée, le recensement de 2 400 des 2 800 ITE existant en France ayant débuté dès 2015. Plusieurs informations sont désormais renseignées pour chacune des ITE précitées : sa géolocalisation et son rattachement éventuel à une petite ligne, la raison sociale du ou des embranchés, le contact qualifié de l’embranché, la catégorie des marchandises approvisionnées et expédiées depuis le site, les tonnages remis au rail, la Région d’échange, l’état de l’ITE avec et sans circulation de train. 

Pour l’heure, certaines données étant déjà potentiellement obsolètes, seul un tiers des ITE sont encore desservies par le train. La circulation de plus d’un train par jour ne concerne, par ailleurs, que 15 % des ITE actives. Le rythme de moins d’un train par jour et de plus d’un train par semaine est, en revanche, majoritaire avec une part de 32 %. Enfin, ces mêmes ITE reçoivent moins d’un train par mois mais plus d’un train par an pour 9 % d’entre elles. S’agissant, cette fois, des ITE inutilisées actuellement, seules 22 % d’entre elles sont neuves ou en bon état.  

Une base de données évolutive

Comme l’explique Ludovic Vaillant, chercheur au sein du CEREMA Hauts-de-France, à propos des modalités de diffusion de la base ITE 3 000, "elle entre dans le champ d’application de la réglementation relative à l’open data. Les informations qu’elle recoupe sont donc accessibles en ligne gratuitement via l’application interne "CeremaData"."Outil particulièrement précieux à l’heure où est évoqué le doublement de la part modale du fret ferroviaire d’ici à 2030 (de 9 à 18 %), la base ITE 3 000 n’est pas tout à fait terminée. Il reste à achever le recueil des données pour les 400 ITE manquantes.

"Ensuite se pose la question de la mise à jour de cette base", souligne Ludovic Vaillant. "Nous avons donc pour idée de rendre l’outil collaboratif en l’ouvrant aux acteurs du monde ferroviaire. Nous envisageons aussi d’étendre l’outil pour visualiser les ITE des pays frontaliers. Enfin, nous pourrions imaginer compléter la base de données pour d’autres infrastructures assez stratégiques pour le ferroviaire comme les cours de gares et les gares de fret."

Auteur

  • Olivier Constant 

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format