Menu
S'identifier

Immobilier logistique

Un 3ème trimestre sur la réserve selon Cushman & Wakefield

Supply Chain Magazine | Dossiers supply chain | publié le : 08.11.2019 | Dernière Mise à jour : 08.11.2019

Le segment 30-60 000 m² est particulièrement dynamique, mais la tranche en dessous reste la principale pourvoyeuse de l’activité, avec 45% du volume global.

Crédit photo Cushman & Wakefield

La demande placée de surfaces d’entreposage a reculé de 11% au 3ème trimestre, comparé à la même période en 2018, mais les 2,1 M de m² ayant déjà trouvé preneurs depuis le début de l’année et les développements à venir laissent augurer un atterrissage au-delà des 3 M de m² pour l’ensemble de 2019, relève Cushman & Wakefield dans son dernier point marché. L’an dernier, les logisticiens avaient particulièrement été à la manœuvre, tandis que l’exercice en cours est plus classique : les chargeurs ont concentré 55% de la demande placée et près de 60% des volumes relèvent de la  dorsale. Et parmi les chargeurs, la grande distribution alimentaire a cédé le leadership à la distribution spécialisée (18% des volumes contre 40%), avec des acteurs comme Action ou Stokomani. Quant au e-commerce stricto sensu, il poursuit sur sa lancée et représente 13% de la demande placée des chargeurs, avec des formats compris entre 25 et 30 000 m² (hormis le clé-en-main de 62 700 m² que Delticom se fait construire en Alsace). Mais le principal relais de croissance du marché porte justement sur la fourchette intermédiaire 30-60 000 m², note Cushman & Wakefield, qui constate une évolution des formats d’entreposage. Au-delà, sur le créneau du XXL, 6 transactions XXL ont été comptabilisées depuis le début de l’année, tandis qu’en deçà du seuil de 30 000 m², les reculs d’activité sont de l’ordre de -25 à -35%. Ainsi, à l’échelle de l’ensemble du marché, le gabarit moyen d’une transaction progresse et atteint 23 000 m², selon cette étude qui est une des seules à prendre en compte les petites opérations de 5 à 10 000 m² (pour l’Ile-de-France seulement). Comment interpréter cette évolution des formats ? Elle est surtout le marqueur des tensions de l’offre sur les marchés de la dorsale, où les disponibilités immédiates et le foncier se font rares, bridant ainsi le niveau de transaction pour les gabarits de 10 à 30 000 m² qui constituent le cœur de l’activité (45 % du volume global). MR

Pour télécharger l’étude :

http://www.cushmanwakefield.fr/fr-fr/research-and-insight/2019/marketbeat-france-logistique-t3-2019

 

Dossier

Au sommaire

Auteur

  • Maxime Rabiller

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

GSE vise 80 000 m² aux portes du Médoc

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Silveo en passe d’intégrer Accenture Industry X.0

Supply Chain Magazine I Dossiers supply chain

Une demande toujours vigoureuse, positive CBRE

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format