Menu
S'identifier

Le Québec soutient à son tour le fabricant de dirigeable Flying Whales

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 15.11.2019 | Dernière Mise à jour : 15.11.2019

Ce partenariat permettra au Québec de réaliser une partie du développement d’un futur dirigeable, via la création d’une filiale locale et l’implantation d’une usine de production.

Crédit photo Flying Whales

Le gouvernement du Québec confirme une prise de participation de 20 millions d'euros au capital de l'entreprise française Flying Whales pour le transport de charges lourdes, notamment forestières.

L’entreprise française Flying Whales, qui entend développer et exploiter des dirigeables pour le transport de charges lourdes, vient de prendre un virage international en intégrant à son capital une participation de 20 millions d’euros en provenance du gouvernement du Québec. Ce partenariat permettra au Québec de réaliser une partie du développement d’un futur dirigeable, via la création d’une filiale locale et l’implantation d’une usine de production de dirigeables ayant une exclusivité sur le marché américain. Un marché pour les régions dépourvues d’infrastructure de transport.

Une capacité d'emport de 60 t 

Le projet de Flying Whales vise à développer, commercialiser et exploiter les activités de ballons dirigeables développés dans le cadre du programme LCA60T. Conçu originellement pour répondre aux besoins de l'Office National des Forêts (ONF) pour l'extraction de bois, cet aéronef possède des capacités de chargement et déchargement en vol stationnaire qui peuvent s’adresser au transport de pylônes électriques et de mâts ou pâles d'éoliennes.

D’une capacité d’emport de 60 tonnes, ces "baleines volantes" sont notamment destinées à la desserte des territoires dépourvus d’infrastructures de transport, comme le Nord québécois. Elles compteront parmi les plus gros aérostats au monde (150 m de long, 40 de haut et 60 de large) et permettront d’éviter un ballet d’hélicoptères, voire de s’affranchir de véhicules routiers grâce à un transport de bout en bout.

Une première activité d’ici 2023 

Flying Whales étendra son consortium industriel, par le biais de partenariats avec des entreprises québécoises de l'aérospatiale, pour mener des activités de recherche et développement sur le dirigeable. L’entreprise comptait déjà à son capital, avant cette participation, l'ONF, l’avionneur chinois Avic, la région nouvelle Aquitaine et Bpifrance et l’Onera (Office national d'études et de recherches aérospatiales), un regroupement d'industriels français de l'aéronautique.

Une première usine de production doit s’implanter en Gironde et commencer son activité en 2021/2022. Les premiers vols au Québec sont attendues pour 2023. 

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format