Menu
S'identifier

Google lance son premier service commercial de livraison par drone 

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 15.04.2019 | Dernière Mise à jour : 15.04.2019

La livraison par drones devrait permettre aux commerces de l’agglomération de Canberra d’augmenter leurs revenus annuels de 30 à 40 millions de dollars.

Crédit photo Google

Wing, la filiale de Google, a reçu le feu vert de l’administration australienne pour opérer ses premiers vols de livraisons commerciales dans l’agglomération de Canberra. Google déclare viser avant tout le développement du commerce de proximité.

Après 7 ans de développement, Google vient de lancer officiellement son service de livraison par drones, via sa filiale Wing. Les premiers coups de rotors s’effectuent donc à Canberra, dans le sud de l’Australie, pays où la société mène des tests depuis 2014. La firme de Mountain View a reçu l’adoubement de la Direction générale de l'aviation civile australienne (Casa). Cette dernière a imposé quelques restrictions : les drones ne pourront voler que de jour et devront éviter de survoler les routes principales, ainsi que les gens de trop près. Google indique qu’il a amélioré le bruit généré par ses engins en modifiant les rotors, tout en abaissant la vitesse en vol.

30 à 50 livraisons par jour 

Wing démarre ses services très modestement et réserve son offre à trois villes de la banlieue de Canberra, avec une centaine de familles volontaires. Deux autres villes limitrophes seront ajoutées au programme dans les prochains mois. La flotte, composée d’une dizaine de drones, effectuera entre 30 à 50 livraisons par jour pour des petits colis de 1,5 kg au maximum. Ils seront composés de médicaments, de produits d’épicerie ou du snacking comme du café ou des burritos.

Wing veut essentiellement travailler avec des petits commerces locaux, on est donc loin d’une stratégie visant à distribuer les produits du e-commerce. Les distances parcourues restent relativement faibles et Wing met en avant la rapidité de ses livraisons, d’une durée moyenne de 3 à 4 minutes entre la prise de commande (sur smartphone) et sa réception par le client. Les drones sont munis de rotors, pour décoller verticalement, ainsi que de deux ailes rigides pour se déplacer.

4 à 6 % des achats effectués localement d'ici 2030

Les livraisons s’effectuent par le biais d’un grappin qui descend lentement vers le sol, accompagné du son strident du drone en vol stationnaire. La navigation est autonome, mais reste surveillée à distance par des pilotes professionnels qui peuvent éventuellement reprendre le contrôle de l’appareil. À cet effet, Google précise que les drones sont munis d’une caméra, qui ne sert qu’aux pilotes et dont les images, en basse définition, n’auront normalement pas d’autre utilisation. 

Wing indique que la livraison par drones devrait permettre aux commerces de l’agglomération de Canberra d’augmenter leurs revenus annuels de 30 à 40 millions de dollars. Selon ces mêmes projections, les drones pourraient assurer un quart des ventes de nourriture à emporter et représenter entre 4 à 6 % des achats effectués localement d'ici 2030. Sans compter une baisse de la congestion urbaine, des coûts de livraison et des émissions de CO2. Wing indique que son prochain service de livraison ouvrira en Finlande ce printemps 2019, dans la région d'Helsinki.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format