Menu
S'identifier

FedEx augmente ses capacités aériennes entre Paris et Madrid

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 04.11.2019 | Dernière Mise à jour : 04.11.2019

FedEx se voit contraint de réduire sa flotte en prolongement du ralentissement du fret aérien.

Crédit photo OC

FedEx poursuit la modernisation de sa flotte en mettant en ligne un Boeing 767F sur la liaison Madrid - Paris -CDG. L’expressiste prend, parallèlement, des mesures pour adapter sa flotte dans un contexte de ralentissement du fret aérien. 

FedEx conduit à marche forcée la modernisation de sa flotte d’avions-cargo depuis 2007. L’expressiste est en effet résolu à diminuer les émissions polluantes de ses appareils de 30 % d’ici à 2020 comparées à 2005. Déjà, FedEx a réduit ses émissions de 22,6 %. L’effort doit donc être poursuivi, voire amplifié. 

Deux B767F déjà en ligne 

Le géant de Memphis (États-Unis) s’équipe, à cette fin, d’avions de dernière génération dont le Boeing 767F. En prolongement de la mise en ligne d’un premier appareil de ce type en juillet 2019 sur la ligne Dublin,/Londres/Paris-CDG (5 fréquences hebdomadaires), elle vient d’en positionner un second sur l’axe Madrid/Paris-CDG

Par rapport à son prédécesseur de type Airbus A300F, le nouvel appareil présente une capacité en hausse de 16 % à 41 tonnes, une économie de 9 % en kérosène et des émissions polluantes en retrait de 21 %. Il est, par ailleurs, moins bruyant, un indéniable atout en période nocturne. Il relie donc la capitale espagnole à l’un des principaux hubs européens de FedEx avec Cologne et Liège à raison de 5 fréquences par semaine. Il permettra, notamment, aux entreprises espagnoles de disposer de capacités additionnelles pour accompagner leur développement à l’export. 

Baisse de capacité

Sur une flotte comprenant actuellement 679 appareils, 210 nouveaux ont été introduits depuis 2010. Ce parc va continuer à être modernisé, FedEx attendant de nouveaux Boeing 767F et 777F. Pour autant, l'entreprise est obligée d’adapter ses capacités à un marché du fret aérien qui ralentit. Il a donc décidé, en conséquence d’éliminer de sa flotte 20 MD-10-10, des triréacteurs datant des années 1970 gourmands en carburant. Ce mouvement sera réalisé au cours de l’exercice en cours et sera achevé au cours du prochain. Il prévoit aussi de se défaire de ses dix derniers Airbus A310. Comme ces mesures ne sont pas encore suffisantes, l’expressiste a aussi décidé de parquer au cours de l’exercice en cours l’équivalent de la capacité de 7 MD-11. 

Auteur

  • Olivier Constant 

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format