Menu
S'identifier

En pleine pandémie, le fret aérien décroche seulement de 14 % à Marseille-Provence

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 27.01.2021 | Dernière Mise à jour : 27.01.2021

Novembre 2020, chargement, à bord de l’A 330 de Corsair, de matériels de lutte contre l’incendie du Maïdo à La Réunion. Un incendie qui a ravagé 181 ha de végétation.

Crédit photo NBC

Quand la pandémie fait perdre à l’aéroport Marseille-Provence près de 67 % de son trafic passagers en 2020, la plate-forme provençale réussit à limiter la chute dans le fret, totalisant 51 299 tonnes de fret avionné, en recul de seulement 14 %. Si le fret traditionnel dévisse de 40 %, plombé par l’arrêt des vols mixtes (passagers/fret), dans lesquels le fret voyage en soute, la chute de l’express a été limitée à 10 %. L’explosion du commerce en ligne a fait office de parachute... Explications.  

Dans un contexte inédit de crise sanitaire, Marseille-Provence a tiré son épingle du jeu en 2020 et fait face au trou d’air dans le fret. Quand Nice Côte d’Azur perd 80 % des volumes, la plate-forme provençale limite la chute à 14 % avec 45 109 tonnes de fret express (- 10,5 %) et 4 190 t de fret traditionnel (- 40,8 %) soit un total de 51 299  t.

"Les avions passagers qui transportent dans leurs soutes 20 % du fret marseillais, sont pour la plupart, cloués au sol depuis la mi-mars. Même les avions cargo de La Poste (Chronopost), sont restés sur le tarmac en avril et mai en raison du confinement, représentant une perte de 700 t de fret avionné par mois. Les vols postaux n’ont repris qu’en juin. L’engouement des Français pour le e-commerce a apporté de nouveaux volumes à Marseille", résume Jean-Marc Boutigny, responsable fret d’Aéroport Marseille-Provence.

L’explosion des ventes en ligne a compensé, dans une certaine mesure, le fort recul des échanges BtoB. "Notre territoire compte de nombreuses industries pourvoyeuses de fret comme Sartorius, Airbus Helicopters, Beckman…. Ces entreprises tout comme les administrations qui travaillent avec Chronopost ont vu leur activité fortement réduite pendant le confinement.  En parallèle, les expressistes ont enregistré une hausse de 25 % des échanges BtoC en France en 2020", commente le responsable fret. 

Envolées les rotations du Boeing 757 Cargo de Fedex

DHL avec 15 852 t (+ 1 %) arrive en tête du palmarès des opérateurs express, devant UPS (+ 7 % avec 13 237 t) et Chronospost (- 14 %, 11 589 t). En queue de peloton, Fedex qui en juillet 2020, a mis un terme à sa ligne sur Roissy CDG opérée en  B 757 F Cargo. Envolées les cinq rotations par semaine, la compagnie ayant opté pour du fret camionné
Pour 2021, l’aéroport prédit une croissance de 7 % du fret avionné, à 55 000 t, en dépit d’un possible troisième confinement. "L’activité économique ne sera pas paralysée comme elle le fut lors du premier confinement", tempère Jean-Marc Boutigny. En revanche, il avoue n’avoir aucune visibilité quant aux perspectives de fret traditionnel chargé dans les soutes en raison des multiples variants du Covid et des mesures de protection des états. Selon lui, la plate-forme ne renouera pas avant 2024 avec les volumes de 2019.  

Ethiopian Airlines, la bonne surprise de 2020

Le fret traditionnel, qui représente 8 % du fret avionné, a subi les conséquences de l’arrêt de la plupart des vols commerciaux. Tout comme dans le transport maritime, la fermeture des frontières en Algérie a un impact retentissant pour Marseille et sa région. La chute de la demande en produits pétroliers et la baisse du prix du baril a eu un impact sur l’activité pétrolière et parapétrolière d’Hassi Messaoud et sur les volumes traités au départ de Marseille-Provence (680 t). Air Algérie, deuxième compagnie de fret, derrière Air Corsica, a vu ses trafics chuter de 39 %. Le maintien de la continuité territoriale sur la Corse a permis de conserver un volant de fret (1 426 t, - 20 %). 

Indéniablement, la bonne surprise de l’année est attribuée à Ethiopian Airlines qui a maintenu ses trois B 787 hebdomadaires avec son Hub d’Addis-Abeba malgré la pandémie. Ouverte en juillet 2019, cette ligne dépasse les objectifs avec 585 t en 2020 (+ 186,5 %). Jean-Marc Boutigny livre son analyse :"La pénurie d’offre de transport vers l’Afrique orientale et australe au départ de France pousse les exportateurs/ importateurs de Nice, de Lyon, d’Alsace à charger à Marseille".

La transition en douceur du Brexit

Autre nouvelle de bon augure pour la plate-forme, la transition en douceur du Brexit. "Certes, il y a davantage de travail, de contrôles douaniers, mais pas de blocage", souligne le responsable. Les courants d’affaires entre la Provence et le Royaume Uni sont soutenus (réactifs de laboratoire, pièces détachées, documents bancaires…).

Compte tenu du contexte peu porteur, point de vol charter en 2020 pour Airbus Helicopters mais 11 opérations spéciales de livraison de masques en provenance de Chine (125 t) et d’autres à destination de La Guyane Française (43 t) et des expéditions de matériel de lutte contre les incendies sur l’île de la Réunion avec CorsairFly (29 t).

Auteur

  • Nathalie Bureau du Colombier

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format