Menu
S'identifier

Elroy Air va commercialiser son drone de fret cargo en 2020

Actu-Transport-Logistique.fr | Aérien | publié le : 21.02.2019 | Dernière Mise à jour : 21.02.2019

Le Chaparral, qui va être testé cette année, doit être commercialisé l’an prochain. Il est capable de convoyer 500 livres (227 kg) sur une distance de 300 miles (483 kg).

Crédit photo Elroy

La start-up américaine Elroy Air va tester cette année son drone de fret Chaparral, capable de transporter 220 kg sur près de 500 km. Commercialisé l’an prochain, il pourra concurrencer les petits avions de fret utilisés par les sous-traitants de Fedex ou UPS.

Les petits paquets livrés à domicile ne l’intéressent pas. La start-up américaine Elroy Air, basée à San Francisco, va tester cette année son drone appelé Chaparral, un nom qui fait référence aux nombreux buissons épineux couvrants les régions désertiques de Californie. L’entreprise, créée en 2016, vient de bénéficier d’une nouvelle levée de fonds de 4,6 millions de dollars, qui s’ajoute à d’autres entrées de capital précédentes et lui permet de consacrer 9,2 millions de dollars à un drone cargo.

Remplacer le camion dans les zones rurales

Le Chaparral, qui va être testé cette année, doit être commercialisé l’an prochain. Il est capable de convoyer 500 livres (227 kg) sur une distance de 300 miles (483 kg). Les cargaisons ne sont pas emportées à l’intérieur du drone mais dans une nacelle située sous le ventre de l’appareil. Un système de treuils permet de l’attacher et de la détacher, de sorte que les opérateurs peuvent préparer le chargement avant l’arrivée du drone. 

Le Pdg, David Merrill, destine le drone à deux types de missions, la première concernant le convoyage de matériel de secours en cas de catastrophe dans des zones difficilement accessibles en emmenant de l’eau, de la nourriture, voire des poches de sangs. Mais l’appareil peut tout aussi bien s’intégrer dans des schémas logistiques plus classiques, en remplacement de camions sur les routes rurales peu desservies, ou en aidant les petits transporteurs aériens sous-traitant d’UPS ou FedEx qui éprouvent des difficultés à recruter des pilotes.

Moins 90 % de carburant que les petits avions de fret

Comme bon nombre des drones concurrents, le Chaparral est capable de décoller et atterrir verticalement en utilisant ses six rotors. Ceux-ci sont alimentés par des batteries situées près du nez de l'engin. Toutefois, lorsque le drone a décollé et passe au vol horizontal, un septième rotor situé sur la queue s’active pour compléter la poussée. Ce dernier rotor est propulsé par un moteur à essence, qui permet de recharger les batteries et de pallier l’absence de recharges dans des zones sinistrées ou sous-développées. Il permet en outre de concurrencer les petits avions de lignes.

Un Cessna Caravan, le modèle le plus utilisé par les petits transporteurs de fret aérien, consomme 190 litres de carburant par heure. Le Chaparral brûlera 11 à 19 litres, assure David Merrill dans les colonnes de Forbes. Un Cessna Caravan peut certes transporter jusqu’à 4 000 livres (1 800 kg) de fret, mais David Merrill considère qu’une bonne part des vols sont loin d’être remplis et qu’un chargement de 500 livres (227 kg) constitue le créneau idéal attendu par de nombreux prospects.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format