Menu

transport ferroviaire

Fret ferroviaire : nouvelle année de croissance pour VFLI

Actu-Transport-Logistique.fr | Ferroviaire | publié le : 02.03.2016 | Dernière Mise à jour : 27.05.2017

Image

Le chiffre d'affaires VFLI a progressé de 2,5 % en 2015

Crédit photo © OC

Auteur

  • Olivier Constant

En dépit d'un environnement économique toujours difficile, VFLI (Voies ferrées locales et industrielles) a réussi à maintenir à la hausse son trafic en 2015. Les perspectives s'annoncent meilleures pour 2016, avec la possibilité de retrouver une croissance à deux chiffres.

Pour VFLI (Voies ferrées locales et industrielles), la filiale de fret ferroviaire de SNCF Logistics, l'année 2015 pourrait s'apparenter à un copié/collé de l'exercice précédent.

Le chiffre d'affaires de la filiale de SNCF Logistics a en effet progressé modestement de 2,5 % (2 % en 2014) à 133 millions d'euros (M€).

"Nous avons réalisé une année conforme à nos objectifs. Nous pouvons même parler d'une nouvelle année de transition car nous sommes restés confrontés à une croissance économique atone", a commenté Alain Ribat, directeur général de VFLI.

Exprimée en tonnes/kilomètres transportées, sa part de marché est de 10 % environ actuellement.


Nouveaux trafics

Avec un parc d'une centaine de locomotives électriques et diesel et un effectif de 900 salariés, VFLI a démarré des nouveaux trafics en 2015.

Parmi eux, l'acheminement de bois pour le compte de l'industriel Fibre Excellence avec deux fréquences hebdomadaires entre Nuit-sous-Ravières (Côte-d'Or) et Tarascon (Bouches-du-Rhône) et entre Saint-Pierre-des-Corps, (Indre-et-Loire) et Saint-Gaudens (Haute-Garonne).

Conclu avec le commissionnaire Forwardis pour le compte de la société Sidefage, un second contrat a concerné la réactivation d'un trafic d'ordures ménagères précédemment assuré par Fret SNCF dans le Pays de Gex (Ain).

Enfin, opérationnel depuis le second semestre 2015, un troisième contrat porte sur l'acheminement de convois de sable industriel entre Maisse (Essonne) et Creutzwald (Moselle) deux fois par semaine pour le compte d'AGC Interpane.

En revanche, le trafic de trains combinés échangés entre Perpignan et Valenton qui, initié fin 2014, a été arrêté faute d'avoir trouvé son marché.


Un solide début d'année 2016

En 2016, VFLI devrait tirer profit de deux marchés repris à la concurrence. L'un concernant des produits pétrochimiques acheminés par une douzaine de trains hebdomadaires pour le compte de Total au départ des raffineries du Havre (Seine-Maritime), de Feyzin (Rhône) et de Fos-Lavéra (Bouches-du-Rhône) courant sur trois ans.

En outre, l'opérateur a été désigné pour assurer l'exploitation de trois nouvelles installations terminales embranchées (ITE) dont celle du Havre, en plus de celles de Carling (depuis 2009) et de Feyzin (depuis 2011).


Des filières industrielles

En parallèle, VFLI a été désignée par GEFCO pour assurer le transport d'automobiles avec un schéma d'exploitation portant sur cinq trains par semaine entre Ile-Napoléon (Haut-Rhin), et Montbéliard (Doubs) vers Rennes (Ille-et-Vilaine) et Le Havre.

Enfin, depuis quelques mois, VFLI assure un trafic d'eaux minérales (Danone) à raison de cinq à huit trains hebdomadaires au départ d'Ambérieu (Ain) et de Volvic (Puy-de-Dôme) vers Worms (Allemagne).

Aux yeux du dirigeant, ces contrats représentent "un signal donné au marché de notre capacité à traiter des flux massifs, y compris de matières dangereuses".


L'impact de la crise des sillons


A l'instar de tous les autres opérateurs fret, VFLI continue de subir la crise des sillons ferroviaires. "Elle nous impacte beaucoup plus fortement qu'il y a un an. Nous devons donc déployer beaucoup d'énergie pour maintenir un niveau d'adaptation élevé", poursuit Alain Ribat.

En parallèle, l'entreprise doit également faire face à la pression accrue des transporteurs routiers qui profitent toujours des prix bas du carburant.


VFLI mise sur l'hybride

 

Anticipant la poursuite de ses embauches de conducteurs et d'agents au sol, VFLI prévoit d'accroître à nouveau son parc de locomotives. Au-delà de la réception prochaine de six nouvelles locomotives Diesel de forte puissance, d'autres commandes pourraient être passées dans le courant du premier semestre 2016. Pour les nouvelles locomotives hybrides diesel/électriques, VFLI devra encore patienter. Leur homologation n'est pas attendue au mieux avant 2018.

 

Les plus lus

Abonnez-vous

Pour rester au coeur de votre métier, profitez dès maintenant de l'accès numérique au site www.actu-transport-logistique.fr en vous abonnant à L'Officiel des Transporteurs ou à Logistiques Magazine.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format