Menu
S'identifier

Gefco dresse le bilan de sa transformation

Actu-Transport-Logistique.fr | Supply Chain | publié le : 30.01.2018 | Dernière Mise à jour : 30.01.2018

Luc Nadal, président du directoire de Gefco, lors d'un point presse organisé le 30 janvier.

Crédit photo DR

Plus international, plus innovant, et moins dépendant du groupe PSA, son ancienne maison mère : c'est ainsi que se définit le transporteur et logisticien Gefco, à l'issue d'un plan de transformation qui semble également porter ses fruits sur le plan financier.

"Il y a cinq ans, nous étions avant tout la filiale logistique du groupe PSA, même si nous avions déjà beaucoup d'autres clients. Aujourd'hui, nous sommes devenus un logisticien de taille mondiale", revendique Luc Nadal, président du directoire de Gefco. Avec un chiffre d'affaires de 4,44 milliards d'euros, en hausse de 5 % par rapport à 2016, le groupe se place en effet dans le Top 20 mondial.

Redessiner un plan de transport international

Autre motif de satisfaction pour le président : l'Ebitda et l'Ebit ont grimpé plus vite que le chiffre d'affaires. Les comptes étant en cours d'audit, le chiffre n'a pas été dévoilé, mais Luc Nadal a fait savoir que l'Ebitda progressait de 15 % et l'Ebit de 22 %. "En 2012, Gefco avait un point fort : la logistique des véhicules finis. Depuis, nous avons rétabli et développé toutes nos activités, sans en abandonner. Aujourd'hui, l'entreposage dégage une profitabilité dans les meilleurs standards du marché, tout comme nos activités de transport en camions complets et camions partiels. Quant au freight forwarding, il s'est développé grâce à l'acquisition de IJS", a détaillé le président du directoire lors d'un point presse organisé le 30 janvier.

En revanche, la messagerie "progresse mais n'est pas encore aux résultats attendus". Gefco est en train de redessiner son plan de transport international, "car l'avenir du groupage est à l'échelle européenne", a estimé Luc Nadal.

Redressement global du groupe

Selon le dirigeant, le redressement global du groupe a d'abord été rendu possible par la réorganisation. Luc Nadal cite en premier lieu "la création de Gefco France, qui a donné à la France la liberté et la capacité managériale de se transformer", au prix d'une série de plan sociaux qui, selon le dirigeant, est désormais arrivée à son terme.

Autre argument mis en avant pour expliquer le redressement : des succès commerciaux, mais aussi la création de nouvelles activités permettant une intégration accrue dans le processus logistique des clients. "Nous avons également développé le mode ferroviaire, notamment sur la route de la Soie", a rappelé Luc Nadal.

3 niveaux de service

Le groupe a enfin clarifié sa politique commerciale autour de 3 niveaux de service. Une stratégie qui a eu "un impact extrêmement important sur nos résultats", a souligné le président. Le chiffre d'affaires des clients hors PSA a connu une croissance supérieure à la moyenne du groupe : + 8 %. Et parmi eux, "les 2 000 clients à 2 M€ qui composent les Globlal et Major accounts ont généré une hausse de 17 %. C'est un des effets de notre transformation commerciale", s'est félicité Luc Nadal.

Accent sur l'innovation

Le président du directoire a enfin évoqué la transformation des process RH et l'accent mis sur l'innovation. Sur le premier point, Gefco a revu sa politique de recrutement, de rémunération et de gestion des talents, en misant sur l'internationalisation. "Il y a désormais 89 nationalités dans le groupe", a souligné Luc Nadal.

En matière d'innovation, Gefco teste actuellement des projets dans plusieurs domaines : depuis le design de nouveaux wagons permettant de charger des SUV en haut et en bas jusqu'au développement de navires à propulsion hybrides, en passant par de nouvelles applis (My Car is there) ou des tests de puces à basses fréquences directement insérées dans des bacs contenant des composants.
 

Gefco investit dans des camions porte-voitures

Le rebond du secteur automobile conduit Gefco à réinvestir dans une flotte propre de porte-voitures. "Ces moyens ne dépassent pas 20 à 25 % de notre capacité, mais il était important pour nous de montrer au marché que nous étions en mesure d'opérer en propre. Nos moyens de transport en France sont à la fois des nouveaux camions au sein de Gefco et une flotte Mercurio, notre société italienne de transport de véhicules qui a une filiale en France", explique Luc Nadal.

Gefco a également des accords pluri-annuels avec des transporteurs qui lui garantissent des capacités. "Nous sommes attentifs à développer ce réseau de partenaires. Et nous proposons par ailleurs à des transporteurs de marchandises générales de devenir transporteurs de voitures. S'ils sont prêts à venir sur le secteur de l'automobile, on leur dit : vous pouvez acheter des camions, nous pouvons acheter des remorques, et on vous garantit plusieurs années de contrat", précise le président du directoire de Gefco, en reconnaissant que les mois de juin-juillet ont malgré tout été tendus en termes de capacités disponibles.

Auteur

  • Anne Kerriou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format