Menu
S'identifier

Chahutée par la crise sanitaire, la  logistique italienne veut relever la tête

Actu-Transport-Logistique.fr | Supply Chain | publié le : 03.05.2021 | Dernière Mise à jour : 04.05.2021

Parcels on the Italian map. Shipping in Italy, concept. 3D rendering

Comment aborder les changements ? Changer de modèle, en réduisant les coûts pour maintenir la stabilité financière des entreprises sur le court terme, renforcer la flexibilité et savoir improviser, conseillent plusieurs professionnels.

Crédit photo alexlmx - stock.adobe.com

"Avec la crise liée au coronavirus, la durabilité est devenue le mot d’ordre, ce n’est plus un concept académique." L’analyse de Renzo Sartori, vice-président de l’association italienne des entreprises de la logistique (Assologistica), est simple mais précise : les entreprises doivent acquérir la capacité de savoir survivre. Etat des lieux.

En février dernier, quasiment un an après la découverte du premier cas de coronavirus - du moins officiellement -, avec l’hospitalisation du patient "zéro" dans le nord de l’Italie, les professionnels de la logistique se sont retrouvés pour rédiger un premier constat. Et tenter de trouver, surtout, des solutions pour sauver un secteur qui a certes bien réagi au choc généré par la pandémie par rapport aux autres compartiments de l’économie italienne, mais qui n’a pas échappé totalement à la crise. A l’automne dernier, une étude réalisée par l’institut de recherches italien World Capital avait déjà tenté de brosser un état des lieux en interrogeant quelque trois cents opérateurs de la logistique dans un document intitulé Les prospectives de la logistique italienne. 

7,3 % des entreprises pourraient ne pas se relever 

Pour 42 % des sociétés interrogées, la réduction de la masse salariale liée au premier confinement et aux mesures de restrictions comme par exemple la quarantaine, avait perturbé les ravitaillements et le maintien des flux de marchandises. Pour 30 % en revanche, la fermeture des entrepôts de stockage, les difficultés liées au manque de personnel et la fermeture des frontières étaient à l’origine de leurs difficultés.

En ce qui concerne les entrepôts, 43,1 % des personnes interrogées attribuaient la baisse de la productivité aux normes liées à la distanciation tandis que 27 % affirmaient que leurs activités n’avaient pas été touchées par la crise sanitaire.

Cette étude souligne aussi le fait que 7,3 % des entreprises spécialisées dans le transport et la logistique risquent de mettre la clef définitivement sous la porte car elles seront incapables de se relever par manque de moyens. 

1,3 million d’Italiens ont découvert le e-commerce

Autre constatation importante : depuis le début de la crise sanitaire, le commerce en ligne, qui a de plus en plus le vent en poupe, est devenu un acteur important de la filière de la logistique. "Depuis le début de l’épidémie, 1,3 million d’Italiens ont découvert le commerce en ligne, qui table actuellement sur un bassin de 29 millions de consommateurs. Avant la crise, en 2019, ce secteur avait enregistré seulement 700 000 nouveaux clients", estime l’institut de recherches en ajoutant : "au niveau mondial, le e-commerce sera le secteur qui enregistrera le taux de croissance le plus élevé (jusqu’à 55 %)".

Savoir répondre aux nouvelles exigences

Au chapitre de l’immobilier, le défi le plus important sera donc de savoir répondre aux nouvelles exigences des consommateurs en augmentant le parc des entrepôts de stockage afin de simplifier et d’optimiser les activités des professionnels de la logistique en réduisant notamment les délais des expéditions. "La logistique en Italie est un compartiment stratégique qui représente quelque 100 000 entreprises, 1,5 million de salariés, un chiffre d’affaires de quelque 85 Mds€ en 2019 et 9 % du PIB italien", souligne le centre de recherches.

Alors que faire pour relancer la logistique et se préparer à d’autres mauvais scénarios épidémiologiques comme l’envisage la communauté scientifique ? Changer de modèle d’abord, en réduisant les coûts pour maintenir la stabilité financière des entreprises sur le court terme, renforcer la flexibilité et savoir improviser, conseillent plusieurs professionnels de la logistique italienne comme le transporteur DHL, qui évoque aussi la question de la réorganisation des entrepôts. Vaste programme 

Auteur

  • Ariel F. Dumont, correspondante à Rome 

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format