Menu
S'identifier

Agroalimentaire : Ferrero se préoccupe de la déstabilisation des transporteurs

Supply Chain Magazine | Actualité | publié le : 12.10.2020 | Dernière Mise à jour : 12.10.2020

Grégory Debuchy, directeur Supply Chain de Ferrero France

Crédit photo Ferrero

"Les transporteurs ont été au rendez-vous, et il s’agit pour nous de leur marquer une forme de reconnaissance." C'est ainsi que s'exprime Grégory Debuchy, le directeur Supply Chain France de Ferrero. Le traditionnel appel d'offres n'aura donc pas lieu cette année.

En novembre, Ferrero France ne procédera pas à son habituel appel d’offres annuel pour renégocier les tarifs de son transport routier. "En voyant tomber les bilans financiers de certains grands acteurs sur la première moitié de leur exercice 2020, nous avons pu constater l’ampleur du recul de leur résultat net. Il faut dire que le métier de transporteur comporte d’importantes charges fixes, alors que les volumes qui leur ont été confiés ont réduit. Cela n’a pas été le cas pour Ferrero, car si certains produits ont pâti de la fermeture d’une partie de leur réseau de distribution traditionnel, comme Tic Tac, un produit phare comme Nutella a vu sa demande s’envoler. Et à cet enjeu de volume s’est ajoutée la désorganisation de leur modèle opérationnel, dont l’optimisation réside notamment dans leur maîtrise des flux et contreflux, relève Grégory Debuchy, le directeur Supply Chain France de Ferrero. Même si le contexte a évidemment soulevé des questions opérationnelles pour la prise en charge de certains de nos besoins, les transporteurs ont été au rendez-vous, et il s’agit pour nous de leur marquer une forme de reconnaissance."

Pas de pression sur les prix

Le sujet a été discuté jusqu’au niveau de la direction générale de la filiale française, et c’est dans une logique d’accompagnement de la filière transport routier de marchandises que la décision de ne pas remettre la pression sur le volet prix a été décidée. Ferrero continuera ainsi à travailler l’année prochaine sur la base des conditions en place avec les quelque 35 transporteurs référencés l’an dernier, dont Stef, qui opère une grande part de ses flux, ou le groupe Olano, par exemple. L’ensemble représente environ 25 M€ de dépenses transport par an. 

Auteur

  • Maxime Rabiller

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format