Menu
S'identifier

Véhicules autonomes : la France adapte son cadre réglementaire

Actualités | publié le : 15.07.2021 | Dernière Mise à jour : 15.07.2021

Le décret rend ainsi possible la circulation de systèmes de transport routier autonomes sur des parcours ou des zones prédéfinies à partir de septembre 2022.

Crédit photo Volvo Trucks

Un décret, publié au Journal officiel le 1er juillet 2021, vient de poser un cadre réglementaire complet pour la circulation des véhicules à délégation de conduite partiellement ou totalement automatisée. Dès septembre 2022, ils seront autorisés à rouler sur des parcours ou des zones prédéfinis.

Le gouvernement français a publié jeudi 1er juillet 2021 au Journal Officiel un décret visant à adapter les dispositions du code de la route et du code des transports afin de permettre la circulation sur les routes de France, à partir de septembre 2022, des véhicules équipés de systèmes à délégation de conduite dès leur homologation, et des systèmes de transport routier automatisés sur parcours ou zones prédéfinis.

"La France s’impose comme l’un des premiers pays à adapter son droit aux véhicules autonomes, se félicite Jean-Baptiste Djebbari, ministre délégué chargé des Transports. Nous donnons dès aujourd’hui à nos industriels et à nos opérateurs de transports la visibilité nécessaire pour les développer – et demain, les faire rouler." 

Adapter le régime de responsabilité pénale

Jusqu’à présent, le code de la route ne considérait que le cas de la conduite d’un véhicule par une personne en chair et en os. Désormais, il prévoit également la possibilité qu’un système de conduite automatisé contrôle le déplacement du véhicule. Par conséquent, il était urgent d’adapter le régime de responsabilité pénale à cette situation inédite pour permettre au conducteur de dégager sa responsabilité dès lors que le système de conduite automatisé fonctionne conformément à ses conditions d’utilisation.

Le décret rend ainsi possible la circulation de systèmes de transport routier autonomes sur des parcours ou des zones prédéfinies à partir de septembre 2022, de quoi élargir le champ des expérimentations. Pour cela, les véhicules autonomes devront au préalable être homologués auprès d’organismes qualifiés agréés.

Retrouvez l'intégralité de cet article (accès réservé) dans L'Offciel des Transporteurs n°3075 du 9 juillet 2021.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format