Menu
S'identifier

UFIP : "La distribution logistique des carburants a démontré sa robustesse pendant la crise sanitaire !"

Marchés | publié le : 24.11.2021 | Dernière Mise à jour : 24.11.2021

Pierre Leclercq directeur logistique et distri­bution Union française des industries pétrolières (UFIP).

Crédit photo DR

Pierre Leclercq, directeur logistique et distri­bution Union française des industries pétrolières (UFIP), revient sur les impacts de la crise sanitaire sur la distribution des carburants au sein de l'Hexagone et sur les enjeux de la distribution logistique des carburants actuels.

L’Officiel des transporteurs : Quels impacts la crise sanitaire a-t-elle eus sur la distribution des carburants en France ?

Pierre Leclercq : L’utilisation de carburants a connu des baisses historiques lors des confinements. En mars 2020, elle a reculé de 25 %, en avril de 63 % et en mai de 37 %. Sur l’ensemble de l’année 2020, les livraisons des carburants routiers ont diminué de 15 % et celles des carburéacteurs aériens de 56 %. Le fioul domestique (FOD) a mieux résisté (- 1,5  %) et le gazole non routier (GNR) a progressé (+ 1,8 %). À fin septembre 2021, le marché s’est redressé, puisque les livraisons de carburants routiers augmentent de 12 % et les carburéacteurs de 40 %. Le FOD est en baisse de près de 12 %.

Cette reprise concerne principalement les carburants routiers dont la consommation en septembre 2021 est au niveau d’avant crise alors que les carburéacteurs étaient encore en retrait de 42 % par rapport à la même période 2019.


L'O.T. : Comment est organisée la distribution logistique des carburants en France ?

P. L. : Cette logistique a démontré sa robustesse et sa fiabilité pendant la crise sanitaire. Elle a assuré la sécurité des approvisionnements sur l’ensemble du territoire. Au départ de six raffineries et plusieurs sites d’importation portuaires, 200 dépôts régionaux sont approvisionnés pour l’essentiel par pipes (plus de 50 % des flux), mer, ferroviaire et par voie d’eau.

Au départ de ces dépôts régionaux, la distribution capillaire de nos clients qui disposent de cuves privatives, tels que de nombreux transporteurs routiers, et des stations-service (11 160 fin 2020) est effectuée par route. Deux autres raffineries à La Mède (13) et demain à Grandpuits (77) ont été ou sont en cours de reconversion pour produire des biocarburants et des carburants bas carbone. Ces reconversions illustrent la transition écologique et énergétique engagée par notre filière.


L'O.T. : Quels sont les enjeux de cette distribution capillaire et les attentes formulées auprès des transporteurs qui l’opèrent ?

P. L. : Cette distribution fonctionne très bien et la route y demeure un mode clé. Les transporteurs qui y interviennent ont une très forte culture sécurité et démontrent chaque jour leur réactivité et leurs capacités à mettre à disposition des moyens de transport adaptés. Ce professionnalisme concerne aussi et surtout leurs conducteurs formés et aguerris à nos produits.

> Lire l'intégralité de l'interview (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs 3089 du 12 novembre 2021.

Auteur

  • Erick Demangeon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format