Menu
S'identifier

Uber gèle ses tests de conduite autonome pour le transport de fret

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 26.03.2018 | Dernière Mise à jour : 26.03.2018

Ce tragique accident révèle qu’en matière de prévention, humain et machine sont pour l’instant tout aussi médiocres l’un que l’autre.

Crédit photo AdobeStock

Un véhicule autonome d’Uber a renversé mortellement un piéton sur la route le 18 mars. Suite à cet accident, l’entreprise a décidé de stopper ses expérimentations de conduite autonome.

Le tout premier accident mortel entre une voiture autonome, opérée par Uber, et un piéton sur une route d’Arizona a sonné un coup d’arrêt aux activités de conduite autonome du groupe de transport. Tous les essais conduits par l’entreprise, qu’ils soient menés en Arizona, mais également sur des sites comme Pittsburgh, San Francisco ou Toronto ont été gelés, de même que toutes les opérations de transport de fret avec des camions autonomes.

Des images accablantes

La voiture autonome, qui roulait en mode autonome, a percuté de plein fouet une femme de 49 ans qui traversait la route de nuit en dehors du passage piéton, dans une zone non éclairée. Le film de l’accident diffusé par la police locale (coupé avant le choc final), montre des images accablantes pour Uber. La conductrice, chargée de superviser les opérations, semble inattentive et n’a pas les mains sur le volant. De son côté, la voiture n’a pas anticipé la collision, alors qu’elle est pourtant bardée de capteurs capables de fonctionner jour et nuit. Pire, elle ne semble aucunement freiner.

De nombreuses voix s’élèvent

Ce tragique accident révèle qu’en matière de prévention, humain et machine sont pour l’instant tout aussi médiocres l’un que l’autre. Il jette aussi un froid sur les ardeurs des constructeurs. Toyota a ainsi annoncé qu’il gelait ses expérimentations de véhicules autonomes sur la voie publique. De même, le ministère des Transports de Boston a arrêté les tests de véhicule autonomes menés avec les sociétés Nutonomy et Optimus.

Aux États-Unis, de nombreuses voix s’élèvent pour ne plus jouer avec la vie des concitoyens américains. Trente États autorisent actuellement les expérimentations de véhicules autonomes et l’Arizona reste le plus laxiste en la matière, n’exigeant pratiquement rien des opérateurs.

Uber avait même décidé d’y effectuer ses tests, après avoir été rabroué par la Californie qui ne tolérait pas ses opérations menées sans autorisation. Un tour de vis, législatif ou technologique, semble donc à prévoir, même s’il ne changera rien au mouvement de fond vers la conduite autonome. Au pays de Donald Trump, business is business.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format