Menu
S'identifier

Transports Rini : "La concurrence accepte un Carcassonne-Paris à 500/600 € quand nous demandons 800 € pour nous en sortir"

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 05.03.2018 | Dernière Mise à jour : 05.03.2018

Yvan Rini, dirigeant des Transports Rini.

Crédit photo G. I.

Départs en retraite, pénurie de personnel, délocalisations, concurrence étangère... dans l'Aude, les Transports Rini ont bien du mal à trouver des solutions pour faire perdurer l'activité, soit le transport de volumineux légers.

"Nous réalisons du transport de produits volumineux mais légers, comme du
polystyrène, de la laine de verre ou de l’emballage vide. Nous chargeons parfois d’autres produits sans toutefois dépasser 20 t de marchandises.

En 25 ans, la moitié des clients de la région qui réalisent des produits volumineux ont fermé ou se sont délocalisés. Nous nous situons au sud de Carcassonne et nos premiers clients se trouvent désormais autour de Castres, à près de 100 km. Ça devient difficile.

Pas de visibilité

Cette année, nous avons eu du travail les deux premières semaines de janvier, pour rattraper la période des fêtes de fin d’année durant laquelle les usines étaient fermées. Mais l’activité a ensuite de nouveau baissé. Nous n’avons pas de visibilité et fonctionnons au jour le jour. Par exemple, aujourd’hui, nous avons un camion sur Rennes et, en une journée, je n’ai pas trouvé à le charger.

Et nous devons faire face à un nombre grandissant de camions sur les routes. La concurrence étrangère peut ainsi accepter un transport Carcassonne-Paris pour 500 ou 600 € quand nous devons proposer au minimum 800 € pour nous en sortir. Un client produisant de la marchandise volumineuse et qui se situe à peine à 15 km refuse désormais de travailler avec nous car il nous trouve trop chers. Les clients ne regardent malheureusement pas la qualité mais se focalisent sur le prix.

La moitié de l'effectif sur le départ...

Nous avons réussi à appliquer des augmentations sur nos tarifs pour suivre la hausse des taxes sur le carburant au 1er janvier car les pieds de facture s’avèrent insuffisants. Près de la moitié de nos salariés part bientôt en CFA ou en retraite. Nous devrons remplacer ces personnes mais ne trouvons plus de jeunes qui souhaitent réaliser de la longue distance. Certains préfèrent ne rien faire, notamment entre deux activités saisonnières agricoles, puisqu’ils peuvent être indemnisés à plus de 1 000€/mois. Comment trouver ainsi des chauffeurs ?"
 

Repères

  • Siège : Montazels (11)
  • CA 2017 : 1,08 M€
  • Effectif : 11 salariés
  • Parc : 10 moteurs
  • Activité : transport de volumineux légers

Auteur

  • Gwennaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format