Menu
S'identifier

Transports Marquet : "On sent moins de rigueur, moins de suivi des opérations, ce qui induit des retards"

Indicateurs | publié le : 27.04.2021 | Dernière Mise à jour : 05.05.2021

Pascal Vuilloz, directeur des Transports Marquet.

Crédit photo Véronique Vigne-Lepage

Pascal Vuilloz, directeur des Transports Marquet, constate une certaine désorganisation liée à la crise sanitaire. Il sent moins de rigueur dans les entreprises à cause du télétravail ; les lignes ont bougé, tant et si bien que le "syndrome Amazon" étant passé par là, les clients s'attendent à voir leur commande livrée du jour au lendemain.

"L’activité est totalement assujettie à l’actualité de la crise sanitaire. Alors que le mois de mars était favorable, il y a eu une chute dès que le gouvernement a annoncé la généralisation du reconfinement à tout le territoire. Dans le Rhône, nous nous étions déjà adaptés, mais pas nos clients, répartis dans toute la France. Cette baisse de l’activité a duré une semaine puis, heureusement, nous avons retrouvé un niveau correct.

Retards et décalages

Globalement, notre équipe en interne est occupée, mais le fait que chez nos clients, de nombreuses personnes soient en télétravail complique les choses : elles sont nettement moins efficaces, parce que moins concentrées. On sent moins de rigueur, moins de suivi des opérations, ce qui induit des retards dans les prises de décision et des missions qu’on décale sans arrêt. Certaines devaient avoir lieu en 2020, puis ont été reportées à 2021 et… on patiente toujours. C’est le cas par exemple en ce qui concerne l’industrie aéronautique. Nous transportons souvent des fours industriels qui servent au traitement thermique de pièces dans ce secteur, mais actuellement il n’y a pas de fours à transporter.

Le “syndrome Amazon”

Pour les mois qui viennent, nous n’avons pas de visibilité sur une longue durée. D’ailleurs, je l’ai constaté depuis six à sept ans dans les différentes entreprises où j’ai travaillé. Seuls les transports importants ou très spéciaux sont un peu plus organisés, sinon les demandes ne sont pas anticipées. Les clients appellent à 14 heures et pensent voir le camion dans leur cour le lendemain à 8 heures, sans se préoccuper de savoir si nos véhicules sont disponibles ou pas. C’est le “syndrome Amazon” !"

 

Repères

• Siège : Mions (69)

• Effectif : 15 salariés

• Parc : 11 véhicules moteurs, 22 semis, remorques plateaux ou train directeur

• CA 2020 : 4 M€

• Activités : transports spéciaux, convois exceptionnels, location de masses, levage avec grue auxiliaire.

Auteur

  • Véronique Vigne-Lepage

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format