Menu
S'identifier

Transports Lévêque : "À cause du mépris qui perdure, certains salariés se tournent vers d’autres métiers…"

Indicateurs | publié le : 14.10.2020 | Dernière Mise à jour : 14.10.2020

Mathieu Lévêque, dirigeant des Transports Lévêque.

Crédit photo DR

Les Transports Lévêque se relèvent lentement des difficultés rencontrées pendant la crise sanitaire. Mais Mathieu Lévêque, dirigeant, doit aujourd'hui faire face aux suites de celle-ci. Selon lui tous les égards accordés aux conducteurs sont oubliés, ils doivent à nouveau affronter le mépris et de bien mauvaises conditions d'accueil, aggravées de surcroît par un protocole sanitaire contraignant.  

"Aujourd’hui, nous travaillons à 100 %, la bonne activité sur janvier et février permet de compenser une partie de la perte de chiffre d’affaires liée au Covid, mais nous n’arriverons pas aux chiffres de 2019. La moitié de notre parc était totalement à l’arrêt pendant les premières semaines de confinement. En tapant aux portes de grands groupes de commerce alimentaire, les affaires ont repris au bout de deux semaines, sur de la location de camion, une activité que nous ne réalisions pas auparavant.

Une baisse en juillet et août

Le mois de juin a été très bon, mais le volume de transport a baissé en juillet et août, peut-être parce que nous avons surestimé les congés de certains clients, mais il y avait aussi un besoin pour salariés de faire une pause par rapport à ce qu’ils avaient vécu pendant les mois de confinement. À ce moment-là, nous avons été accompagnés par certains de nos clients qui payaient les kilomètres supplémentaires sur des retours à vide ou qui effaçaient les pieds de facture négatifs.

Les conducteurs aujourd’hui oubliés

Pendant la période de confinement, le personnel a réellement joué le jeu malgré des premières semaines très compliquées, entre les restaurants et sanitaires fermés. On avait pourtant besoin d’eux pour alimenter le pays. Pour les récompenser, nous leur avons de notre côté donné des primes que nous n’avons pas répercutées sur nos clients. Mais, de l’effort effectué de mars à juin, il ne reste aucune reconnaissance.

Les conducteurs sont aujourd’hui oubliés, notamment des industriels, qui les accueillent comme des malpropres au sein de leurs entreprises. Les temps d’attente sont de plus en plus longs du fait des protocoles sanitaires. Nous avions des difficultés ces dernières années pour recruter, mais cette tendance s’était améliorée juste avant la crise. À cause du mépris rencontré pendant la période de confinement, et qui perdure, nous enregistrons des départs volontaires de salariés qui, malgré parfois plusieurs années d’ancienneté, préfèrent se tourner vers d’autres métiers…"
 

Repères

• Siège : Vierzon (18)

• CA 2019 : 8,9 M€

• Effectif : 70 salariés, dont 65 conducteurs

• Parc : 60 véhicules moteurs, 150 cartes grises

• Activités : grands volumes, lots, citerne, benne, exceptionnel, affrètement, matières dangereuses, location de véhicule avec chauffeur

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format