Menu
S'identifier

Transport exceptionnel : vers une simplification des autorisations d’itinéraire ?

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 03.10.2019 | Dernière Mise à jour : 04.10.2019

"Les transporteurs font toujours face aux mêmes difficultés, avec des itinéraires incomplets, incohérents ou qui manquent de continuité d’un département à l’autre", déplore Olivier Arrigault, responsable de la commission masses indivisibles à la FNTR.

Crédit photo Adobe Stock

Les demandes d'autorisation pour convoi exceptionnel sont toujours bien complexes. Certains départements ont établi des itinéraires prédéfinis et un arrêté a été émis en 2017 pour simplifier la procédure. Cependant les contraintes demeurent dans de nombreux cas. La Délégation à la sécurité routière s'engage, mais la FNTR est dubitative.

Malgré un arrêté de 2017 définissant des réseaux destinés aux convois exceptionnels de catégories 72, 94 et 120 tonnes, afin d’éviter aux transporteurs de réitérer leur demande pour chaque convoi, de nombreux obstacles subsistent encore. La Délégation à la sécurité routière (DSR), qui supervise le dossier, a déclaré s’engager à ce que ces réseaux TE puissent être achevés d’ici la fin de l’année, selon une information du journal Les Échos. Un délai "bien trop optimiste", estime Olivier Arrigault, responsable de la commission masses indivisibles à la FNTR, qui souligne toutefois que le travail avec les administrations sur la simplification des autorisations suit son cours. "Depuis trois ans, nous restons sur le fil, déplore-t-il. Les transporteurs font toujours face aux mêmes difficultés, avec des itinéraires incomplets, incohérents ou qui manquent de continuité d’un département à l’autre."

Jusqu’à 30 interlocuteurs pour une demande

Si à ce jour, 77 départements ont établi des itinéraires prédéfinis, beaucoup présentent encore des secteurs nécessitant des autori­sations. Autre difficulté, les interlocuteurs – intercommu­nalités, SNCF, sociétés d’autoroutes – pour l’obtention des autorisations se multiplient. "Pour 350 kilomètres de trajet, il y a jusqu’à 30 interlocuteurs à contacter en amont", souligne Olivier Arrigault.

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format