Menu
S'identifier

Transpolis, une ville-laboratoire pour la mobilité du futur

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 09.08.2019 | Dernière Mise à jour : 09.08.2019

La ville-laboratoire est par ailleurs un site pilote national pour la 5G.

Crédit photo DR

Afin de mettre au point la mobilité du futur, Transpolis apporte aux acteurs du marché une zone d’essais où les équipements connectés peuvent être soumis à de multiples scenarii et être mis volontairement en difficulté.

Pour mettre au point leurs véhicules, les constructeurs se sont dotés de pistes d’essais privées. Renault Trucks a les siennes à La Valbonne (Ain), PSA est installé à La Ferté-Vidame (Eure-et-Loir) tandis que Renault l’est à Aubevoye (Eure).

En complément, l’Utac Ceram loue ses infrastructures de Mortefontaine (Oise) et de Montlhéry (Essonne). Aujourd’hui, la capacité à évaluer le comportement dynamique et l’endurance d’un véhicule ne suffit plus.

Une collaboration de cultures industrielles

L’automatisation de la conduite et l’insertion du véhicule dans un environnement connecté nécessitent de nouvelles installations de tests où l’enrobé des pistes est complété par un réseau de fibre optique et par une communication cellulaire 5G.

 Pour chacun de ces acteurs envisagés isolément, il était difficile de développer seul un environnement expérimental comme Transpolis tant celui-ci exige la collaboration de cultures industrielles différentes.  

D'anciennes installations militaires

Opérationnelle depuis janvier 2019, la ville-laboratoire du transport est le résultat du travail mené depuis 2011 par le conseil scientifique de Transpolis.

En décembre 2018, la visite des installations suscitait des interrogations. À première vue, Transpolis n’était alors qu’un réseau de chaussées tracées entre des entrepôts sinistres. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le site n’est pas attrayant.

Transpolis est en effet implanté à 45 km au nord-ouest de Lyon et à 30 km au sud de Bourg-en-Bresse sur la friche industrielle du camp des Fromentaux. Il s’agit de l’entrepôt de réserve générale de munitions (ERGMu) dit "de Leyment" créé en 1917 et désaffecté par l’armée en 2004. Il a été décidé de maintenir de nombreux bâtiments des anciennes installations militaires, malgré leur aspect sinistre.

Un site pilote

Ce qui fait l’intérêt de Transpolis n’est pas immédiatement visible. Les 320 km de fibre optique sont destinés à rendre l’infrastructure communiquante avec, par exemple, des feux de signalisation connectés et l’annonce de la vitesse optimale pour éviter les arrêts aux feux.

La ville-laboratoire est par ailleurs un site pilote national pour la 5G, technologie qui comprend des modes de communication dédiés à l’IoT, tant en bas débit qu’en très haut débit. Côté énergie, plusieurs mégawatts sont prévus pour les systèmes de charge rapide des véhicules électriques.

Lire l'intégralité de l'article dans L'Officiel des Transporteurs n°2966 du 22 mars 2019.

Auteur

  • Loïc Fieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format