Menu
S'identifier

Transition énergétique : la France et l’Allemagne s’accordent sur le paquet énergie propre

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 13.07.2018 | Dernière Mise à jour : 13.07.2018

Les travaux porteront également sur "le paquet mobilité propre, avec l’élaboration d’objectifs de réduction des émissions de CO2 pour les voitures, les camionnettes et les poids lourds pour 2025 et 2030, cohérents avec les objectifs pour le climat" aux termes de l’accord.

Crédit photo Samorya Wilson

La France et l’Allemagne coordonneront étroitement la mise en œuvre de l’accord sur le "paquet énergie propre" conclu par la Commission, le Parlement et le Conseil européen le 20 juin dernier. C'est ce qu'ont déclaré conjointement Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire, et Peter Altmaier, ministre fédéral allemand de l’économie et de l’énergie, le 12 juillet 2018.

Une déclaration franco-allemande sur l’énergie vient d’être formulée par Nicolas Hulot, ministre de la Transition écologique et solidaire et Peter Altmaier, ministre fédéral allemand de l’économie et de l’énergie, le 12 juillet 2018. Elle prévoit que la France et l’Allemagne coordonneront étroitement la mise en œuvre de l’accord sur le "paquet énergie propre" conclu par la Commission, le Parlement et le Conseil européen le 20 juin dernier.

Travailler ensemble

Cet accord invitant chaque État membre à élaborer un plan national en matière d’énergie et de climat pour la période 2021-2030, les deux alliés comptent travailler ensemble pour construire leurs stratégies respectives. Les ministres ont affirmé que les équipes échangeront leurs hypothèses concernant l’évolution de leur mix électrique, et que des réunions d’étapes auront lieu régulièrement.

Les travaux porteront également sur "le paquet mobilité propre, avec l’élaboration d’objectifs de réduction des émissions de CO2 pour les voitures, les camionnettes et les poids lourds pour 2025 et 2030, cohérents avec les objectifs pour le climat" aux termes de l’accord. Toutefois, les projections de l’Allemagne et de la France diffèrent. L’Outre-Rhin prévoit de fermer sa dernière centrale d’ici fin 2022 et table sur 50 % d’économie d’énergie par rapport à 2008, d’ici 2050, particulièrement afin de définir des plans robustes et cohérents pour promouvoir le développement des énergies alors que dans l’Hexagone, les choses sont moins précises.

Quid du transport

Au vu des déclarations du ministère de l’Écologie, la France table sur 32 % d'économies d'énergie et 35 % de développement des énergies renouvelables pour 2030. Des objectifs "qui ne mettent pas la France sur une bonne trajectoire par rapport aux Accords de Paris", a regretté Nicolas Hulot.

À noter que la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui couvrait les périodes 2016-2018 et 2019-2023 doit être révisée d’ici la fin de l’année pour aboutir à un texte final couvrant les périodes 2018-2023 et 2024-2028. Reste à savoir comment le secteur du transport sera amené à contribuer à la transition énergétique.

Auteur

  • Samorya Wilson

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format