Menu
S'identifier

Transition énergétique chez STEF : "Nous montons en puissance"

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 09.05.2022 | Dernière Mise à jour : 12.05.2022

Lionel Garnier, Responsable des ressources techniques adjoint Grand Ouest chez Stef.

Crédit photo Florence Falvy

Lionel Garnier, responsable des ressources techniques adjoint Grand Ouest chez STEF, s'est rendu au Forum de la transition énergétique à Vannes, le 26 avril, pour en savoir plus sur les solutions techniques alternatives au diesel, gaz, biogaz, électrique… il existe plusieurs solutions mais rien n’est clairement défini pour l'entreprise de transport et logistique.

L’Officiel des transporteurs : Dans le contexte actuel marqué notamment par des successions de hausses, la transition énergétique reste-t-elle une priorité chez STEF ?
Lionel Garnier :
Oui, c’est un sujet que nous ne reléguons pas au second plan et nous allons continuer de monter en puissance. C’est la raison de ma présence sur ce forum. Je souhaitais en savoir plus sur les solutions alternatives proposées par Scania, sur le réseau d’avitaillement des stations en Bretagne et les projets à venir, mais aussi sur le degré d’importance du GNV dans le Grand Ouest, car STEF souhaite s’orienter vers le développement du biogaz. Participer à ce type d’événements est aussi l’occasion de se rendre compte que tous les acteurs ont les mêmes interrogations.

L'OT : Quelles sont vos interrogations ?
L. G. :
Gaz, biogaz, électrique… il existe plusieurs solutions mais rien n’est clairement défini. Quelles directions devons-nous prendre ? J’attends aussi des réponses concernant l’hydrogène. Quelles perspectives envisager avec cette énergie ?

L'OT : Où en est STEF dans sa réflexion sur la transition énergétique ?
L. G. :
Nous en sommes au démarrage. À l’échelle du Grand Ouest, STEF comptabilise 1 000 cartes grises. Le parc se compose d’un tracteur qui roule au gaz – alors que deux porteurs gaz vont arriver d’ici un à deux mois –, et de dix tracteurs alimentés au B100. Notre volonté est de continuer le déploiement de ce biocarburant sous réserve que les réglementations (classification Crit’Air et zones à faibles émissions) ne changent pas. S’agissant de l’hydrogène, nous attendons le démarrage de la station sur le site industriel du groupe Michelin à Vannes, prévue fin 2022, pour démarrer des tests.

> Lire l'intégralité de l'événement consacré au Forum de la transition énergétique dans l'Officiel des transporteurs (réservé aux abonnés)

Auteur

  • Propos recueillis par Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format