Menu
S'identifier

Thierry Grumiaux, FNTR : "Le Département britannique des transports a été convaincu par la solution Transfollow"

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 04.06.2019 | Dernière Mise à jour : 04.06.2019

Thierry Grumiaux, délégué commission de transport international, douane et logistique à la FNTR.

Crédit photo Pierre Morel/www.pierremorel.net

Le Département britannique des transports ayant été convaincu par la solution Transfollow présentée par la FTA, membre de l’IRU (International Road Transport Union) et de la FNTR, celle-ci a participé à une expérimentation sur la lettre de voiture avec des fédérations du Royaume-Uni et des Pays-Bas. Thierry Grumiaux, délégué commission de transport international, douane et logistique à la FNTR, explique le contenu de ce pilote.

➜ L’Officiel des transporteurs : La FNTR a participé à une expérimentation sur la lettre de voiture avec des fédérations du Royaume-Uni et des Pays-Bas, et avec le concours de transporteurs* issus de ces pays. Pourriez-vous nous expliquer le contenu de ce pilote autour de la technologie Transfollow ?

Thierry Grumiaux : La FNTR, avec l’appui de nos collègues britanniques de la FTA (Freight Transport Association), a obtenu l’engagement officiel du Royaume-Uni de mettre en place un pilote sur la lettre de voiture électronique. Le Département britannique des transports a été convaincu par la solution Transfollow, qui lui avait été présentée par la FTA, membre de l’IRU (International Road Transport Union) et de la FNTR. Il a donc souhaité mettre en place, dans un premier temps, un test en grandeur réelle, avec la FNTR et la FTA, ainsi qu’avec la TLN (Transport and Logistics Netherlands) aux Pays-Bas qui est aussi membre de l’IRU, afin de valider le processus pour ratifier le protocole additionnel e-CMR dans un second temps. Le pilote s’est déroulé avec succès de mi-janvier à fin février 2019. Le port d’entrée comme de sortie du Royaume-Uni devait être exclusivement Douvres pour faciliter la gestion et le suivi des opérations côté administration britannique. Il était limité à deux véhicules identifiés par entreprise et par jour. Les lettres de voiture étaient créées par chacun des transporteurs dans leurs pays respectifs en utilisant la solution Transfollow.
 

➜ L'OT : On parle d’une solution e-CMR Transfollow qui agirait favorablement sur plusieurs leviers dans l’entreprise. Lesquels ?

T. G. : On évoque un gain de productivité et un volume de travail administratif réduit, puisque les éléments constitutifs de la CMR ne sont indiqués qu’une seule fois, preuve de l’enlèvement et de la livraison instantanée (plus de POD à envoyer après coup), un document lisible et facilement consultable par tous, à toutes les étapes du transport. On parle également d’une plus grande visibilité de tous les événements liés au transport, d’une sécurisation des données transmises uniquement aux acteurs concernés par des moyens d’identification personnels. Plus besoin d’acheter des liasses papier puisque les CMR sont transmises sous forme de crédits numériques. On évoque, en outre, une amélioration du service client.

* Transports Fiolet (62)

> Lire la suite de l'interview dans L'Officiel des transporteurs n° 2974 du 17 mai 2019.

Auteur

  • Propos recueillis par Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format