Menu
S'identifier

Syndicat national du transport léger : Stuart et My Cube dans le collimateur

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 18.05.2017

transport léger D-deliver.ee et coliweb.

Le Syndicat national du transport léger (SNTL) s’est vu refuser par le président du tribunal de commerce de Paris l’accès aux pièces qu’il a fait saisir par huissier dans les locaux des acteurs du numérique que sont Deliver.ee et Coliweb..

Crédit photo DR

Le président du tribunal de commerce de Paris a refusé au Syndicat national du transport léger (SNTL) l’accès aux pièces qu’il a fait saisir par huissier dans les locaux de Deliver.ee et Coliweb qu'il soupçonne de déstabiliser le marché de la livraison urbaine.

Le Syndicat national du transport léger (SNTL) s’est vu refuser par le président du tribunal de commerce de Paris l’accès aux pièces qu’il a fait saisir par huissier, le 6 janvier dernier, dans les locaux des acteurs du numérique que sont Deliver.ee et Coliweb.

Le SNTL reproche à ces deux plateformes de casser "abusivement les prix et déstabiliser un marché (de la livraison urbaine, Ndlr) très fragile".

Une prochaine audience fin mai

Une autre plateforme numérique était également dans le viseur du syndicat lors de l’intervention des huissiers. Il s’agit de Stuart, récemment entré dans le giron du groupe La Poste.

La question de l’accès aux documents saisis chez Stuart sera ainsi au cœur des débats de la prochaine audience qui pourrait se tenir à la fin du mois de mai. "Nous pourrions avoir accès à certaines pièces qui indiqueront si c’est Stuart qui organise ses transports et s’il utilise ses "runners" comme des salariés déguisés. Nous pourrons ensuite entamer la seconde procédure, liée aux règles de concurrence", pose Antoine Cardon, délégué général du SNTL.

Pas d'attestation de capacité

Le syndicat est également engagé dans un autre dossier : celui de My Cube.Cette plateforme – qui figure dans le collimateur de la direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Dreal) – effectuerait des opérations de transport de meubles à la sortie de certains magasins franchisés Ikea pour le compte des particuliers.

"Nous sommes dans un contexte de concurrence déloyale car ces acteurs ne sont pas détenteurs des attestations de capacité", estime le délégué général du SNTL. Selon lui, la FNTR et TLF pourraient se porter partie civile.

Thème(s) associé(s)

Transporteurs

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format