Menu
S'identifier

Sud-Ouest : pléthore d’aides pour l'acquisition de poids-lourds GNV

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 22.10.2019 | Dernière Mise à jour : 24.10.2019

La région compte un parc de 1 500 véhicules GNV, avec 600 VUL et 200 PL, comme ceux des transporteurs Doumen ou Navas.

Crédit photo DR

Les transporteurs routiers de la région Sud-Ouest sont actuellement incités à basculer vers le GNV grâce au cumul d’une aide de la Région Nouvelle-Aquitaine pouvant atteindre 15 000 € et une offre de 3 000 € de GRDF pour utiliser ses nouvelles stations. Le détail.

Un camion roulant au gaz naturel pour véhicules (GNV) au prix d’un camion Diesel. Les transporteurs du sud-ouest de la France peuvent actuellement bénéficier de conditions très favorables pour l’acquisition de poids lourds à motorisation gaz, en profitant des subventions mises en place par la région Nouvelle Aquitaine. La région dirigée par Alain Rousset souhaite en effet mettre en place un écosystème très favorable pour l’émergence du bioGNV, en finançant tant l’offre que la demande.

Inciter l'offre et la demande

Côté offre, les opérateurs de stations bénéficient de subventions à l’investissement pour l’installation des stations bioGNV (entre 40 et 60 % de l’investissement), à condition que ces stations soient publiques, adaptées aux poids lourds (plus de 3,5t) et distribuent du bioGNV produit essentiellement en France. En contrepartie, les exploitants de ces stations s’engagent à vendre le BioGNV au prix du GNV (la différence est habituellement de 5 à 10 c le kg), sur une durée et un volume définis, aux clients transporteurs qui s’engagent contractuellement au démarrage de la station.

Côte demande, les transporteurs vont pouvoir bénéficier d’une aide à l’acquisition de camions GNV qui se monte jusqu’à 50 % du surcoût d’achat par rapport à un camion gazole Euro 6 (aide limitée à 40 % pour les grosses sociétés). Ils devront s’engager à utiliser du bioGNV, qui leur sera vendu au prix du GNV. 

Sept nouvelles stations concernées

L’offre est d’autant plus intéressante que GRDF s’est engagée à verser une aide de 3 000 euros pour l’acquisition d’un camion GNV de plus de 19 t à condition de s’approvisionner auprès des nouvelles stations de la région Nouvelle-Aquitaine situées à La Rochelle (17), Langon (33), Mont-de-Marsan (40), Saint-Vincent-de-Tyrosse (40), Dax (40), Villeneuve-sur-Lot (47), et Artix (64).

"Cette aide est accordée aux transporteurs s’engageant à s’approvisionner en GNV auprès de 7 nouvelles stations GNV/bioGNV en Nouvelle Aquitaine, avec une ouverture en 2019 ou à venir sur 2020. L’offre est réservée aux 15 premières demandes par station, dans la limite de 5 camions par entreprise", explique Stéphane Orain, chef de projet régional mobilité GNV / bioGNV chez GRDF.

Gain de 20 à 30 % sur le poste carburant 

Côté gain pour les transporteurs, les estimations ont également de quoi séduire. "Ceci amène le camion roulant au gaz naturel comprimé (GNC) quasiment au prix du Diesel si l’on cumule toutes nos offres. Le surcoût à l’achat d’un tracteur 44 t se porte à environ 30 000 € pour un modèle GNC par rapport à son équivalent Diesel. La région va financer 15 000 €, le transporteur va bénéficier du sur-amortissement en crédit d’impôt de l’ordre de 12 à 13 000 euros, ce qui couvre au moins 90 % du surcoût, ceci sans compter notre aide de 3 000 € accordés sur les nouvelles stations", calcule-t-il.

Stéphane Orain souligne que le prix au kilo du GNC dans la région tourne autour de 85 centimes contre 1,15 euro le litre de gazole (on considère qu’1 kg de GNC permet de faire le même nombre de km qu’1 l de GO) : "le transporteur peut gagner 20 à 30 % sur le poste carburant avec le GNC. Souvent, il commence avec un ou deux camions GNC et lorsqu’il réalise les économies qu’il peut faire, il peut basculer une plus grosse partie de sa flotte." 

Un bond de 62 % des immatriculations 

La région nouvelle Aquitaine est l’une des trois régions françaises les plus favorables à l’instauration du GNV / bioGNV (avec l’île de France et Auvergne Rhône Alpes). "Cette région offre un des plus gros potentiel de production de biogaz par méthanisation et des "gaz verts" de nouvelles générations (pyro-gazéification, power-to-gaz)", souligne Stéphane Orain.

La région compte un parc de 1 500 véhicules GNV, avec 600 véhicules utilitaires  légers (VUL) et 200 PL, comme ceux des transporteurs Doumen ou Navas. La première station bioGNV de Nouvelle-Aquitaine, ouverte à Cestas près de Bordeaux, dessert des clients comme Carrefour, Leclerc, Lidl ou Décathlon."Entre août 2018 et août 2019, le nombre de camions gaz immatriculés a bondi de 62 %", observe Stéphane Orain.

La région va présenter son schéma directeur pour la mobilité GNV - bioGNV le 24 octobre 2019, avec l’idée de proposer un maillage à même de satisfaire aux besoins des transporteurs au niveau régional avec plus de 90 stations GNV d’ici 2030 (contre 11 actuellement, dont 5 adaptées aux poids-lourds).

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format