Menu
S'identifier

Sécurité du fret : TLF lance une expérimentation avec la gendarmerie

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 19.07.2019 | Dernière Mise à jour : 19.07.2019

Crédit photo

L’Union TLF a signé une convention de partenariat avec la gendarmerie le 17 juillet pour pouvoir répondre plus efficacement et protéger davantage les biens et les personnes, devant l'évolution des menaces liées à la sûreté du fret. C’est la commission sûreté de la fédération qui est engagée.

Face à l’évolution des menaces à la sûreté du fret – vols, agressions, braquages – l’Union TLF s’est alliée à la gendarmerie pour rendre la réponse plus efficace et protéger davantage les biens et les personnes. Pour la fédération, c’est la commission sûreté qui s’est engagée dans cette convention de partenariat, signée le 17 juillet place Beauvau. La gendarmerie, qui couvre tout le territoire national hors zone urbaine, engage le centre national de la sécurité des mobilités, la gendarmerie maritime, la gendarmerie des transports aériens, le commandement de la gendarmerie des voies navigables ainsi que le centre de lutte contre les criminalités numériques et le centre national de formation à la sécurité routière. "Ce travail de collaboration était déjà initié, mais on assiste à un changement de forme : le crime est plus organisé et a changé de forme. Si avant, les malfaiteurs s’attaquaient aux industriels, de plus en plus, c’est le transport et les sites logistiques qui sont ciblés", explique Alexis Degouy, délégué général de la fédération. "Derrière les marchandises, il y a aussi des personnes, les conducteurs et les personnels des sites logistiques. Il ne faut pas les laisser seuls", ajoute-t-il. 

Un premier bilan en 2020

Le partenariat constitue une expérimentation qui servira à mieux cerner les situations/lieux à risque. Les adhérents seront incités à remonter les informations pour mieux recueillir les données nécessaires pour revoir les schémas d’alerte. Ces informations seront précieuses pour la gendarmerie pour raccourcir son délai d’intervention car souvent, en quelques heures, les marchandises ont déjà franchi la frontière.

Parallèlement, les méthodes internes pourront être revues au fil de l’eau. "Il y a des sujets comme les parkings sécurisés, les temps d’attente au chargement ou déchargement. Il y a aussi le problème des complicités au sein des entreprises dans un secteur où l’emploi est sous tension et il y a beaucoup de turnover", explique le délégué général de TLF. Sans oublier les risques d’attaques et de blocage du flux de data, phénomène en augmentation et dont les effets sont tout aussi graves.

Évidemment, il y a aussi un enjeu de sécurisation du fret confié par les chargeurs et un besoin de plus grande efficacité par rapport aux assurances. Un premier bilan de l’action commune menée par les logisticiens, les transporteurs et les forces de la gendarmerie pourrait être livré en mars 2020.

Auteur

  • SILVIA LE GOFF

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format