Menu
S'identifier

Renault Trucks retrouve le sourire

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 07.03.2018 | Dernière Mise à jour : 07.03.2018

"Nous sommes une marque à part entière, autonome et maître de sa destinée, ce qui signifie de sa stratégie, de ses produits et de son offre commerciale", se félicite Bruno Blin, président de Renault Trucks.

Crédit photo Grégoire Hamon

Avec les meilleures progressions sur le marché français et européen, Renault Trucks a vécu une belle année 2017. Cette année, le constructeur mise sur la valorisation de son offre VO et prépare son arrivée dans l’électromobilité.

Changement de ton chez Renault Trucks. Le constructeur de véhicules industriels indique avoir réalisé en 2017 sa meilleure année depuis longtemps, avec des gains de parts de marché appréciables. "Renault Trucks apparaît comme le grand gagnant de l’année 2017, avec la meilleure progression en termes de parts de marché, en Europe comme en France", s’est félicité son président Bruno Blin lors d’une conférence de presse le 6 mars.

Progression en France

L’an passé, le constructeur au losange a facturé 49 930 véhicules, soit une hausse globale de 4 %. Autre motif de réjouissance, la nouvelle indépendance dont bénéficie désormais Renault Trucks, après plusieurs années de forte tutelle de sa maison mère, le groupe Volvo. "Nous sommes une marque à part entière, autonome et maître de sa destinée, ce qui signifie de sa stratégie, de ses produits et de son offre commerciale", a martelé Bruno Blin.

Leader historique du marché français, Renault Trucks a immatriculé 13 953 véhicules (en hausse de 11,4 %, soit mieux que la moyenne établie à 7 %). Le constructeur enregistre la plus forte progression de l’ensemble des fabricants de camions et gagne 1,1 point, avec une part de marché à 27,8 % (toutefois loin derrière les années précédant l’an 2000, proches de 40 %).

... comme en Europe

  • Sur un marché européen des plus de 6 tonnes en légère progression (+ 1 %), les immatriculations de Renault Trucks ont augmenté de 7,7 %. Le constructeur détient la meilleure progression en termes de part de marché, avec + 0,5 point, soit 8,4 %.
  • Sur le marché des gammes intermédiaires (6-16 tonnes), qui recule avec de faibles volumes (- 1,8 %), Renault Trucks maintient sensiblement sa position avec une part en retrait de - 0,1 point. "Ce léger retrait s’explique notamment par le fait que le D Cab 2m a été retiré de l’offre commerciale en 2017. Ce véhicule pesait en effet 1,1 point de part de marché", explique le constructeur.
  • Enfin, sur le marché des plus de 16 tonnes, en progression de + 1,4 %, Renault Trucks enregistre une hausse globale de ses volumes de 9,1 %. Sur ce segment, le constructeur français enregistre la plus forte progression de l’ensemble des fabricants de camions, avec + 0,6 point, portant sa part de marché à 8,7 %.

À la (re)conquête du VO

Si les véhicules neufs se vendent mieux, avec des perspectives qui devraient continuer à être bonnes cette année, le marché des camions d’occasion souffre. "Dans un marché difficile et atone, Renault Trucks est parvenu à maintenir ses volumes avec 6 846 véhicules facturés", a indiqué Bruno Blin.

Pour faciliter les ventes, le constructeur a ouvert des centres dédiés aux véhicules d’occasion à Dubaï et Budapest, et a lancé une plateforme en ligne dédiée. Le constructeur fait également preuve d’innovation, avec l’ouverture du premier atelier de transformation pour les VO sur le site de Bourg-en-Bresse. Baptisée Used Trucks Factory, cette usine transforme des tracteurs des gammes T et premium route en porteurs, ainsi que des camions longue distance en véhicules d’approche chantier. L’an passé, 230 véhicules ont été transformés en 2017. Sur une année pleine, l’objectif est de 1 000 unités.

Les premiers poids lourds électriques en 2019

Bien que disposant d’une gamme moyenne roulant au GNV (un D Wide de 19 t), Renault Trucks croit beaucoup plus à la motorisation électrique. "Nous considérons que la motorisation gaz n’est qu’une étape, mais ce n’est pas la priorité absolue. Les rejets ne sont pas très différents des Euro 6 en termes d’émissions de CO2. Nous misons beaucoup plus sur le mode électrique, en profilant des synergies avec Volvo Trucks, qui profite de son expérience dans les bus", souligne Karine Forien, responsable communication de Renault Trucks et ancienne responsable du pôle Énergies alternatives de Volvo Group.

Bruno Blin a confirmé que les premiers poids lourds électriques sortiront de série en 2019 de l’usine de Blainville, sans toutefois préciser les volumes visés. "Nous commencerons par des petits volumes en procédant étape par étape, en faisant grandir au besoin la ligne de production."

Effort sur les services connectés

Renault Trucks totalise 65 000 camions connectés (par comparaison Daimler en annonce 500 000 pour toutes ses marques). Le losange annonce le lancement d’ici quelques semaines de services "à forte valeur ajoutée", qui pourraient aller de la maintenance prédictive ou d’assistance à la consommation.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format