Menu
S'identifier

Grande-Bretagne : quand le manque de conducteurs pèse sur l’économie

Événement | publié le : 13.09.2021 | Dernière Mise à jour : 13.09.2021

Les hôpitaux, les chaînes de fast-food, les supermarchés mais aussi le secteur des transports sont particulièrement frappés par le départ des salariés à faibles revenus suite à la suppression de nombreux visas de travail.

Crédit photo DR

La pénurie de conducteurs a un impact non négligeable sur l’activité économique européenne, alors que les transporteurs voudraient développer leurs entreprises et ne trouvent pas de candidats. En Grande-Bretagne, ce problème se fait déjà ressentir jusque dans les rayons des supermarchés.

Depuis le Brexit, la Grande– Bretagne souffre d’une grave pénurie en personnel peu qualifié. Les hôpitaux, les chaînes de fast-food, les supermarchés mais aussi le secteur des transports sont particulièrement frappés par le départ des salariés à faibles revenus suite à la suppression de nombreux visas de travail, notamment des personnels originaires d’Europe de l’Est. Les commerces se voient donc contraints de modifier leurs horaires d’ouverture et offrent des rayons à moitié vides.

Un tiers des livraisons ne peut être effectué

Selon la fédération du secteur, un tiers des livraisons ne peut être assuré par manque de conducteurs disposant du permis nécessaire, de travailleurs assurant la maintenance des véhicules, de personnel pour décharger les navires dans les ports, charger ou décharger les camions à la sortie des centres de logistique, etc.

La semaine dernière, pourtant, Londres a rejeté l’appel des secteurs du transport, de la logistique et de la grande distribution, qui demandaient au gouvernement britannique d’assouplir temporairement la réglementation sur l’immigration, afin de pallier la lourde pénurie en conducteurs de poids lourds.

Un manque de 90 000 conducteurs

Depuis janvier, les Européens sont soumis à l’obligation d’un visa pour travailler sur place. Selon l’Office national des statistiques, 14 000 conducteurs issus de l’Union européenne ont quitté le Royaume– Uni au cours des douze mois précédant juin 2020.

La fédération du secteur, Logistics UK, estime à 90 000 le manque en conducteurs et demande à Boris Johnson d’accorder des visas temporaires aux conducteurs de l’Union européenne pour faire face à la crise actuelle. "Nous voulons que les employeurs britanniques investissent sur le long terme dans la main-d’œuvre locale, plutôt que de recourir à de la main-d’œuvre étrangère", réplique le gouvernement. "Il faudra des mois pour former des conducteurs britanniques", estime Alex Veitch, directeur général de Logistics UK.

Retrouvez l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3079 du 3 septembre 2021;

Auteur

  • Nathalie Versieux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format