Menu
S'identifier

Qualité de l'air : Geodis participe à un projet pilote avec Airparif

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 22.09.2017

Un véhicule électrique de Geodis sera équipé d'instruments de mesure de qualité de l'air fournis par Airparif, afin de tester la fiabilité des données en conditions de mobilité.

Crédit photo DR

Geodis va mettre en circulation un véhicule électrique expérimental à Paris, fin 2017, pour affiner la pertinence des mesures de qualité de l'air. Ce programme, mené en collaboration avec Airparif, a pour but de tester la fiabilité des dispositifs actuels, notamment en situation de mobilité.

Airparif, association chargée de la surveillance de la qualité de l'air en Ile-de-France, vient de lancer un laboratoire d'innovations, baptisé Airlab, avec 11 partenaires (*). Parmi eux SNCF Logistics, la branche transport et logistique du groupe SNCF, qui s'engage dès maintenant dans un projet expérimental par le biais de Geodis

Des mesures en conditions réelles

Le transporteur va mettre en circulation d'ici à la fin de l'année un véhicule électrique qui doit permettre d'affiner les données relatives à la pollution. L’expérimentation débutera avec la mesure de deux polluants : les particules fines et le dioxyde d’azote.

Le véhicule Geodis sera équipé d'instruments de mesure de qualité de l'air fournis par Airparif. Il circulera 6 jours par semaine dans Paris, entre 7 h 30 à 19 h 00. "Les circuits de livraison étant à la fois quotidiens et identiques, ils permettront de couvrir plus de 10 000 km pendant un an, afin de tester la qualité et la reproductivité des résultats, ainsi que la mise en œuvre de différents dispositifs de mesure", précise Airlab.

Améliorer la qualité des données

L'expérimentation poursuit un triple objectif, indique Airlab :

  • mieux renseigner les variations fines de pollution sur les axes routiers et leurs sources (véhicules précédents, aménagement de voirie, infrastructure routière…), sans influence du véhicule de test puisqu’il sera électrique ;
     
  • améliorer la cartographie de qualité de l’air "à haute résolution spatiotemporelle", avec les mesures récoltées sur les axes routiers qui correspondent aux dépassements les plus sévères des seuils réglementaires ;
     
  • créer une référence fiable de test de nouveaux capteurs en mobilité et des enseignements sur leurs conditions d’utilisation et de maintenance dans un test grandeur réelle.

(*) La Région Ile-de-France, la Mairie de Paris, la Métropole du Grand Paris, la préfecture de Région (DRIEA), Ile-de-France Mobilités, SNCF Logistics, Air Liquide, Veolia, Icade, EDF (et sa filiale Citelum) et ENGIE France Réseaux.

 

Thème(s) associé(s)

Environnement/RSE Environnement/RSE

Auteur

  • Anne Kerriou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format