Menu
S'identifier

Procès Norbert Dentressangle : l’audience en appel démarre le 4 juin

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 31.05.2018 | Dernière Mise à jour : 01.06.2018

C’est une plainte du syndicat CFTC de Norbert Dentressangle, devenu entretemps XPO Logistics Europe, qui est à l’origine du procès.

Crédit photo ND

L’affaire Norbert Dentressangle revient sur le devant de la scène. Le procès en appel se tient du 4 au 8 juin. La Cour d’appel de Grenoble devra examiner les demandes en appel du parquet de Valence et des parties civiles. Le 5 mai 2015, les magistrats du tribunal correctionnel de Valence avaient prononcé l’invalidation de la procédure menée par le parquet.

Le procès en appel de l'affaire Norbert Dentressangle se tient du 4 au 8 juin, à la Cour de Grenoble. Celle-ci devra examiner les demandes en appel du parquet de Valence et des parties civiles, dont celle de l’Urssaf.

Le 5 mai 2015, les magistrats du tribunal correctionnel de Valence avaient fait droit à Maître Aguerra, l’avocat de Norbert Dentressangle, et prononcé l’invalidation de la procédure menée par le parquet. Maître Aguerra avait plaidé la nullité des perquisitions, des PV et des gardes à vue. "Non conformes à la Convention européenne des droits de l’Homme et à la Déclaration française des droits de l’homme", avait lancé à la barre l’avocat lyonnais. L’affaire n’avait, du coup, pu être jugée sur le fond (des soupçons de prêt illicite de main-d’œuvre et de travail dissimulé). C’est là tout l’enjeu du procès en appel. Que décideront les juges de la Cour de Grenoble ?

Un manque à gagner de près de 30 M€

"Les nullités sont susceptibles d’être remises en question, mais rien n’est sûr. Le dossier ne comportait plus que quelques pièces, insuffisantes pour permettre aux parties civiles d’apporter la démonstration que Norbert Dentressangle ne respectait pas les règles du détachement et que, au contraire, les conducteurs roumains, polonais et portugais étaient sous sa responsabilité (celles de 3 sociétés du groupe en fait, ND Silo, TND Volumes et SAS TND, Ndlr) et non sous celle des 3 filiales. L’objectif du groupe étant d’avoir recours à une main-d’œuvre moins chère, avec un bas niveau de protection sociale", explique maître Eric Jeantet, l’avocat du cabinet Juri Europ (à Lyon), qui défend les intérêts de l’Urssaf, laquelle estime à près de 30 M€ son manque à gagner.

En avance sur son temps ?

Si les nullités prononcées en première instance sont rejetées par la cour d’appel, le procès au fond aura lieu et les parties civiles devront faire la preuve qu’existait un lien de subordination entre les trois sociétés de "ND" et les conducteurs originaires de Roumanie, Pologne et du Portugal.

Le contexte politique du moment autour des négociations sur la révision de la directive détachement pourrait-il peser dans les débats ? "ND pourrait avoir la tentation de dire qu’il était en avance sur son temps et que le transport international est un secteur à part", souligne Me Jeantet.

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format