Menu
S'identifier

Poids total autorisé en charge : une revalorisation de 3,5 tonnes à 4,5 tonnes demandée

Actualités | publié le : 18.02.2021 | Dernière Mise à jour : 18.02.2021

Entre les sécurités passive et active embarquées et le poids des technologies liées aux carburants alternatifs, le PTAC a augmenté de manière significative au détriment de la charge utile des véhicules.

Crédit photo DR

Plusieurs fédérations du secteur ont réclamé aux pouvoirs publics la revalorisation du poids total autorisé en charge (PTAC) des véhicules de 3,5 tonnes à 4,5 tonnes. Un moyen, selon elles, de préserver la compétitivité de leur activité tout en préparant la transition énergétique. 

Les fédérations OTRE, Capeb (artisanat) et les organismes CDKL (Club du dernierkKilomètre de livraison), Unep (entreprises du paysage) et l’Association française du GNV s’unissent pour demander auprès des pouvoirs publics la revalorisation du poids total autorisé en charge (PTAC) des véhicules de 3,5 tonnes à 4,5 tonnes. Objectif : préserver la compétitivité de leur activité tout en préparant la transition énergétique.

"Transition énergétique, zones à faibles émissions (ZFE), péages urbains, risques de surcharge, massification et livraison du dernier kilomètre, les utilisateurs de véhicules utilitaires légers (VUL) doivent répondre à de nombreux enjeux", soutiennent-ils dans un communiqué.

PTAC Vs charge utile

Entre les sécurités passive et active embarquées et le poids des technologies liées aux carburants alternatifs, le PTAC a augmenté de manière significative au détriment de la charge utile des véhicules. "Ils font perdre aux professionnels une charge utile nécessaire à la bonne santé de leurs entreprises et à la préservation des emplois", indiquent les cinq entités, qui précisent vouloir accompagner progressivement la mutation des véhicules de génération Euro VI vers des énergies décarbonées.

Cette mesure s’appliquerait à tous les véhicules propres sous conditions d’une aptitude médicale dont les modalités restent à définir et d’une formation initiale et continue obligatoire des conducteurs. "Ce projet est de nature à promouvoir une meilleure massification permettant de limiter le nombre de véhicules professionnels en circulation dans les centres villes", plaident les cinq organismes.

Auteur

  • Gwenaëlle Ily

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format