Menu
S'identifier

Paris : la charte logistique urbaine peine à rassembler

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 25.01.2017

jean depraeter

"Est-ce la faute des transporteurs si les moyens ne suivent pas ? Que sont devenus les engagements pris par la mairie de Paris à la fin 2013 ?", questionne Jean Depraeter, Président du Gatmarif lors de a dernière réunion du comité de pilotage de la charte en faveur d’une logistique urbaine durable.

Crédit photo David Delion

Lors de la dernière réunion du comité de pilotage de la charte en faveur de la logistique urbaine durable à Paris, plusieurs problématiques de mise en oeuvre ont été soulevées.

Échanges de vifs propos, lors de la dernière réunion du comité de pilotage de la charte en faveur d’une logistique urbaine durable à Paris, le 6 janvier dernier.

Manque de volonté vs moyens insuffisants 

Pour Jean-Louis Missika, adjoint à la maire de Paris, chargé de l’urbanisme et de l’attractivité, les transporteurs ne prennent pas suffisamment à cœur l’objectif d’éradiquer le diesel d’ici 2020.

Le président du Gatmarif (Groupement des activités de transport et de manutention de la région Ile-de-France), Jean Depraeter, réfute la critique et rétorque : "Est-ce la faute des transporteurs si les moyens ne suivent pas ? Que sont devenus les engagements pris par la mairie de Paris à la fin 2013 ? La capitale n’accueille aucune station publique d’avitaillement en gaz alors que l’Association française du GNV prévoit une vingtaine de stations de proximité".

Leur mise en place implique l’octroi d’aides financières et la mise à disposition de foncier, souligne Jean-François Lintanff, délégué régional de TLF, sachant qu’une station nécessite environ 2 500 m2.

Offre limitée et voirie inadaptée

Par ailleurs, soutient le président du Gatmarif, "l’offre des constructeurs en véhicules électriques de 10 à 15 m3 ne se développe pas".

La déléguée régionale de la FNTR, Elisabeth Charrier, confirme la difficulté à progresser : "Hormis la réalisation d’études, la création de l’offre belib’pour les commerçants en compte propre, la mise en place de bornes de recharge en électricité sur la voirie inadaptées aux flottes professionnelles, quasiment aucune des recommandations exprimées par le groupe de travail mis en place à la fin 2014 n’a été suivie d’effets".

Pour autant, Transalliance, XPO Logistics, FM Logistic, Schenker France SAS viennent de signer la charte, aux côtés des sociétés Indigo (parcs de stationnement), l’enseigne Metro et TFF (transporteurs fluviaux). Au total, la démarche rassemble 90 partenaires

Auteur

  • Anne Madjarian

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format