Menu
S'identifier

Observatoire Amarok : "La santé du dirigeant est le premier capital de l’entreprise"

Dossier | publié le : 30.07.2021 | Dernière Mise à jour : 30.07.2021

Olivier Torrès, Professeur des universités à Montpellier Sud de France et spécialiste des PME et de la santé de leurs dirigeants.

Crédit photo DR

Olivier Torrès, Professeur des universités à Montpellier Sud de France (gestion des ressources marketing, Entrepreneuriat) et spécialiste des PME et de la santé de leurs dirigeants), revient sur la création , début avril d'Amarok e-santé, un outil numérique qui aide un entrepreneur à s'autodiagnostiquer. 

L’Officiel des transporteurs : que vous ont appris dix ans de recherche au sein de l’Observatoire Amarok ?
Olivier Torrès : Nous avons étudié à la fois les facteurs salutogènes et les facteurs pathogènes liés à l’entrepreneuriat. L’entrepreneur se place dans une posture particulière où il développe sa capacité d’adaptation pour résoudre des problèmes. Or les gens en capacité d’adaptation sont en meilleure santé. Mais comme le pilotage d’une entreprise peut aussi conduire à un phénomène de burn out, nous avons rapidement été confrontés au besoin de parler des chefs d’entreprise. Nous avons créé Amarok Assistance et, notamment, mis en place un numéro vert (0800 501 201). Mais, au téléphone, il peut y avoir un important facteur anxiogène.


L'O.T.: comment faire face à cette situation ?
O.T.: Nous avons créé début avril Amarok e-santé. C’est un outil numérique qui aide un entrepreneur à s’autodiagnostiquer à partir des événements de sa vie professionnelle. On lui demande s’il a eu des problèmes de trésorerie, s’il a dû licencier quelqu’un ou s’il a perdu un client. En parallèle, nous avons catégorisé les événements positifs de la vie d’entrepreneur : bon climat social, salon, réunion avec les salariés… Cela permet de faire la balance entre les événements positifs et les sources de stress.

L'O.T.: Et que proposez-vous ensuite ?
O.T.: Si la balance est positive, rien de spécial. Si elle est négative, on peut proposer à l’entrepreneur de mesurer son état avec dix marqueurs du burn-out. Si le seuil d’alerte est dépassé, et seulement dans ce cas-là, on peut lui proposer d’entrer en contact notre service d’assistance et la psychologue d’Amarok, par exemple. On obtient une information plus fiable qu’au téléphone car il n’y a pas le jugement du regard de l’autre. On peut déclencher une alerte si nécessaire. Mais notre premier message est positif : votre santé est le premier capital de l’entreprise, évaluez-la.

Auteur

  • Florence Roux

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format