Menu
S'identifier

O2Biz: "Une défaillance d’entreprise n’est pas une maladie incurable !"

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 06.03.2019 | Dernière Mise à jour : 06.03.2019

Didier Vincent, président de O2Biz, explique son métier.

Crédit photo DR

Face à une défaillance, le dirigeant se retrouve souvent seul aux manettes, replié sur lui-même.  Il n’a pas vu venir le dépôt de bilan ou n’a pas su l’anticiper. Le cabinet O2Biz se présente comme un apporteur de solutions pour les entreprises confrontées à une procédure collective ou en passe de l’être. Son président Didier Vincent explique son métier.

L’Officiel des transporteurs : Dans votre profession de foi, vous affirmez qu’"une défaillance d’entreprise n’est pas une maladie incurable". Que voulez-vous dire ?

Didier Vincent : Qu’une entreprise n’est pas contrainte de passer à la trappe parce qu’ elle est défaillante.

L’O.T. : À quel type de défaillance faites-vous allusion ?

D. V. : Au redressement judiciaire, pour les entreprises auquel le tribunal de commerce a accordé son feu vert pour une période de redressement. Concrètement, nous agissons au moment de la procédure collective de redressement, mais nous intervenons également en amont.

L'O.T. : Comment se déroule votre action en amont de la défaillance ?

D. V. : Nous entretenons une veille au niveau des tribunaux de commerce. Les mandataires font appel à nous sur certains dossiers. Nous prenons également l’initiative de proposer nos services aux entreprises en difficulté.

L'O.T. : Vous prétendez "militer pour éradiquer les défaillances". Votre action ne devrait-elle pas, dès lors, se dérouler très en amont plutôt qu’au moment du redressement judiciaire avec période d’observation ?

D. V. : Oui, bien sûr. C’est la raison pour laquelle nous bâtissons un réseau de connaissances composé de banquiers et d’experts comptables dans le but d’avoir accès à l’information. C’est quelque chose qui commence à prendre corps. Les banquiers représentent la meilleure source. Sinon, nous construisons un club composé d’entreprises sorties d’un redressement judiciaire, qui sont susceptibles d’attirer vers nous des entrepreneurs connaissant une défaillance. 

 

Lire l'intégralité de l'entretien dans L'Officiel des transporteurs n°2962 du 22 février 2019.

Auteur

  • Slimane Boukezzoula

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format