Menu
S'identifier

Immatriculations des véhicules industriels : Renault sourit, Iveco grimace

L'Officiel des Transporteurs | Routier | publié le : 12.07.2017

Avec 1 162 porteurs lourds immatriculés au premier semestre, Scania atteint 13,5 % de parts de marché (y compris dans le gaz, à l’exemple de ce 340 ch aux couleurs du groupe G7).

Crédit photo Benoît Barbedette

22 759 poids lourds de + 15 tonnes ont été immatriculés au premier semestre 2017. Le marché français, en croissance de 5,7 % par rapport au 1er semestre 2016, continue d’être dynamique. Mais il ne profite pas à tous les constructeurs motoristes.

Sur le segment des véhicules de + 15 t, 22 759 immatriculations ont été recensées au premier semestre, dont 14 115 tracteurs et 8 644 porteurs (voir tableau). Soit une hausse de 5,7 % par rapport au premier semestre 2016.

Bénéficiant d’une conjoncture favorable (volume d’activité, taux d’intérêts bas, résultats financiers plus solides…), le marché français continue d’être bien orienté (après une année 2016 en hausse de 12,6 %), ce qui profite également au marché de la carrosserie industrielle, sur tous les segments (fourgons, bennes, caisses frigo, plateaux…).

15 % de croissance pour le marché de la carrosserie

"Avec une croissance de 15 %, il s’agit du meilleur démarrage depuis 2008. Le marché de la carrosserie est porté par la reprise du BTP, ainsi que par un renouvellement plus global du parc, qui avait vieilli. Reste à être vigilant sur les délais de livraison, toujours sensibles en carrosserie", note l’Observatoire du véhicule industriel (OVI).

Tous les constructeurs motoristes n’ont pas profité de cette croissance attendue. Les situations sont très disparates selon les marques. Avec des volumes en hausse respective de 13 %, 12 % et 9 %, Renault Trucks, MAN et Scania ont vu leurs parts de marché augmenter par rapport à 2016. Avec 27,8 % de pénétration en + 15 t, Renault Trucks retrouve des couleurs. La gamme T, lancée en 2013, fait des émules. Au point que, selon Philippe Gorjux, directeur commercial, les premiers T en retour sur le marché du VO se vendent à des prix de 5 000 à 7 000 € supérieurs aux anciens Premium. Mercedes et Daf maintiennent tout juste leurs positions.

Le gaz en plein essor

À l’inverse, Iveco (- 1,9 %) et Volvo (- 0,9 %) affichent des volumes en repli. Avec moins de 1 000 tracteurs au premier semestre, Iveco apparaît décroché malgré le lancement des nouvelles gammes XP et NP en 2016. Iveco peut en revanche se targuer d’être largement en tête sur le segment du véhicule au GNV, mais c’est encore une "niche" (3 % du total). Ce marché du gaz, en plein essor, fera l’objet d’un livre blanc présenté au prochain salon Solutrans, sous l’égide de la FFC et de l’AFGNV.

À ce rythme, le marché français pourrait immatriculer plus de 40 000 unités sur le segment de + 15 t à la fin 2017. Soit 48 000 "immats" au total sur le marché + 5 t, avec "25 000 tracteurs et 23 000 porteurs", selon l’OVI. En Europe, la tendance apparaît identique (l’Allemagne devrait immatriculer plus de 85 000 véhicules de + 5 t), soulignée par la montée en puissance de l’Europe de l’Est.

Auteur

  • Benoît Barbedette

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format