Menu
S'identifier

MagicPallet, un trait d’union entre chargeurs et transporteurs

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 10.12.2018 | Dernière Mise à jour : 10.12.2018

Véritable plate-forme d’échanges rapprochant chargeurs et transporteurs, ce site termine ainsi une phase pilote qui a durée un mois grâce à la collaboration de 15 entreprises volontaires

Crédit photo Camille Lassus

Officiellement lancée le 3 décembre, la plateforme d’échange de palette MagicPallet met en relation les chargeurs et les transporteurs. Objectifs : réduire les dépenses d’achat des uns et les retours à vide des autres.

"MagicPallet s’appuie sur la collaboration entre les transporteurs qui peuvent désormais échanger des palettes là où ils en ont besoin et quand ils en ont besoin, en quelques clics", résume Pierre-Edouard Robert, créateur de MagicPallet, premier site d'échange de palettes, officiellement lancé le 3 décembre. Véritable plate-forme d’échanges rapprochant chargeurs et transporteurs, ce site termine ainsi une phase pilote qui a durée un mois grâce à la collaboration de 15 entreprises volontaires

100 M€ de surcoûts

Évaluant son marché à 38 000 transporteurs concernés en France, 600 000 en Europe, et un surcoût des retours palettes en France de 100 M€, sa vocation est de répondre à la fois aux problématiques des donneurs d’ordres et des prestataires. "Jusqu’à présent, le principe était le suivant : les transporteurs effectuaient de longs trajets avec des palettes vides pour les ramener à leurs clients, les expéditeurs. À titre d’exemple, pour une PME de 200 camions, le coût des retours palettes s’élève à environ 200 k€ par an. Du côté des chargeurs, les palettes n’étaient pas toujours restituées dans les temps par les transporteurs, ils en achetaient en urgence et à prix fort", explique Pierre-Edouard Robert.

Un développement européen

Actuellement disponible sur l’ensemble du territoire français, le fondateur envisage un déploiement européen qui commercera par l’Allemagne et l'Espagne dès le 2e semestre 2019 puis l’Italie, le Royaume-Uni, les Pays-Bas et la Pologne d’ici 2023. "Nous visons une extension à raison de deux pays par an", précise Pierre-Edouard Robert.  

Côté finance, le business plan table sur un chiffre d'affaires de 650 k€ à fin 2019 et 3,8 M€ à 3 ans. "Nous prévoyons une levée de fonds au troisième trimestre 2019", souligne précise Pierre-Edouard Robert. Enfin, les recrutements iront crescendo puisque 12 personnes seront embauchées à fin 2019, 40 d’ici 3 ans puis 130 d’ici 5 ans. 

Auteur

  • Diane-Isabelle Lautrédou

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format