Menu
S'identifier

L’innovation se met au service de la prévention dans les entreprises de transport et de logistique

RH/Formation | publié le : 18.11.2021 | Dernière Mise à jour : 29.11.2021

ID Logistics utilise des capteurs qui analysent les mouvements (angulations, postures). Objectif : identifier les capteurs sur lesquels agir.

Crédit photo DR

Les activités liées à la manutention peuvent être à l’origine de troubles musculo-squelettiques (TMS). Soucieux de la santé et de la sécurité de leurs collaborateurs, certaines entreprises de transport et de logistique déploient un ensemble de technologies pour réduire la pénibilité au travail. Drones, exosquelettes, engins autonomes, capteurs… Tour d’horizon des solutions qui ont la cote.

Dans le transport, les troubles musculo-squelettiques représentent 95 % des maladies professionnelles reconnues. Pour le salarié, les conséquences sont connues : souffrance, difficultés à réaliser son travail, arrêts de travail, handicap, désinsertion professionnelle… Pour l’entreprise, qui n’agit pas contre les TMS, des risques pèsent sur son fonctionnement et sur sa compétitivité, et cela a un coût : 73 M€ par an.

Les effets de la crise

Avec l’essor de l’e-commerce, les cadences de travail au sein des entrepôts n’ont cessé de croître. Et la crise sanitaire n’a fait qu’accélérer ce rythme. Dans ce contexte, la logistique en pleine mutation continue de se réinventer pour devenir réactive et efficace grâce à une palette de technologies. "Ouvert depuis cinq ans, le service innovation, qui travaille main dans la main avec le service qualité hygiène, sécurité, environnement [QHSE], est en veille constante pour contribuer à la recherche de solutions innovantes pour la supply chain", témoigne Valentin Vola, chef de projets innovation chez Log’s. Selon lui, la crise sanitaire a accentué le recours à la robotique et à l’automatisation, incitant ce prestataire logisticien (e-commerce, retail et industrie) à réfléchir à de nouvelles solutions. "Pendant la période Covid, nous avons dû augmenter nos cadences et capacités de production, indique le responsable. Les entrepôts étaient sous pression. La question de la mécanisation s’est alors posée, et des projets post-Covid se sont déployés rapidement." Et d’autres sont attendus d’ici à 2023. "Nos clients se sont rendu compte que la supply chain pouvait être agile avec de la mécanisation."

L’inventoriage par drone

L’utilisation des technologies d’automatisation et de robotique n’est pas nouvelle dans les entrepôts. Mais force est de constater que les procédés utilisés sont de plus en plus innovants. "Les solutions sont de plus en plus robotisées et les entrepôts se mécanisent de plus en plus", confirme Valentin Vola, convaincu que les engins autonomes (AGV – véhicules à guidage automatique – et AMR – robots mobiles autonomes) vont devenir la norme en France.

> Lire l'intégralité de l'article dans l'Officiel des transporteurs (réservé aux abonnés)

 

Auteur

  • Florence Falvy

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format