Menu
S'identifier

L’innovation pour gagner des parts de marché

Nouvelles technologies | publié le : 13.08.2021 | Dernière Mise à jour : 28.07.2021

Cette PME, qui prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros pour 2021 avec 100 collaborateurs, opère dans le groupage, la messagerie et la livraison sur le dernier kilomètre de produits industriels et de grande consommation.

Crédit photo DGS Transports

DGS Transports voit sa croissance augmenter en France et à l’étranger. Sa stratégie ? Investir dans les nouvelles technologies, notamment l’intelligence artificielle, pour accompagner son développement.

Acquérir de nouvelles parts de marché à qualité et effectifs constants en misant sur l’innovation, tel est le pari relevé par Quentin Manceau, PDG de DGS Transports. Créée en 1983, l’entreprise, dont le siège se situe à Limeil-Brévannes, dans le Val-de-Marne, peut s’appuyer sur plusieurs solutions innovantes. À l’instar de ce système de suivi vidéo des colis ou encore de cet outil d’intelligence artificielle (IA) qui optimise l’efficacité de ses exploitants. "Nous l’avons mis en œuvre récemment", indique le jeune dirigeant de l’entreprise.

Un développement dynamique

Cette PME, qui prévoit de réaliser un chiffre d’affaires de 35 millions d’euros pour 2021 avec 100 collaborateurs, opère dans le groupage, la messagerie et la livraison sur le dernier kilomètre de produits industriels et de grande consommation.

Chaque jour, elle effectue 3 000 livraisons avec son réseau pour le compte d’un millier de clients en France mais aussi, depuis 2015, en Europe. "Notre niveau d’activité a fortement évolué ces cinq dernières années car nous enregistrons une croissance annuelle de plus de 50 % grâce à l’intégration des flux européens de nos clients", explique le dirigeant.

Un outil IA

Pour augmenter ses parts de marché en France et à l’international, ce dernier dispose depuis six mois d’un outil d’IA qui aide ses 15 exploitants à définir les plans de tournée de livraison en analysant les ordres de transport. Chaque exploitant doit en traiter au moins 300 par jour.

Développé par la start-up Ailon, l’outil identifie les instructions de livraison fournies par les clients. Et notamment celles qui ne sont pas localisées dans les champs normés prévus à cet effet dans le progiciel de gestion des transports (TMS). Ou celles qui sont rédigées en texte libre.

Savoir identifier ces instructions s’avère d’autant plus important que celles-ci concernent fréquemment la tranche horaire de livraison ou le type d’équipement à fournir avec le véhicule. D’où l’intérêt d’Ailon, qui sait répartir automatiquement les instructions rédigées en texte libre dans les bons champs normés du TMS. Et ce, dans 98 % des cas. À charge pour l’exploitant de traiter les 2 % restants.

Retrouvez l'intégralité de l'article (accès réservé) dans L'Officiel des Transporteurs n°3037 du 2 juillet 2021.

 

Auteur

  • Éliane Kan

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format