Menu
S'identifier

Allemagne : les prix des transports sont en chute avec la crise du coronavirus

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 11.05.2020 | Dernière Mise à jour : 11.05.2020

La demande en transports baisse, quantité de camions sont cloués dans les entrepôts, faute de commandes.

Crédit photo DR

Les prix sont en chute pour les transporteurs. Trop de camions pour un nombre en chute de cargaisons... L'épidémie de coronavirus fait pression sur les transporteurs, en détresse, constatent les autorités allemandes. Le BAG, autorité chargée, entre autres, de la collecte du péage autoroutier, constate que de nombreux transporteurs sont obligés de travailler à perte, dans un rapport qui vient d'être publié. 

Les transporteurs allemands sont confrontés à une pression croissante sur les prix avec la crise du coronavirus. La demande en transports baisse, quantité de camions sont cloués dans les entrepôts, faute de commandes. La situation des transporteurs est d’autant plus compliquée que les autorités allemandes n’ont pas assoupli la réglementation sur les désimmatriculations temporaires, qui permettrait aux transporteurs de réduire leurs coûts.

Une concurrence accrue

"La plupart des transporteurs estiment que leur situation se dégrade", rappelle l’Office fédéral des Transports BAG, dans sa note hebdomadaire. "Les transporteurs constatent une baisse de la demande et une offre de capacités très bon marché, en provenance d’Allemagne comme de l’étranger. La concurrence est accrue, le nombre des trajets à vide augmente et la pression sur les prix est très forte", poursuit l'organisme, qui se félicite des mesures de déréglementations adoptées temporairement par le gouvernement fédéral dans le sillage de la crise, notamment l’autorisation de circuler le dimanche pour les camions, et la possibilité pour les conducteurs de rouler plus de 10 heures par jour.

Légère reprise

Le BGA constate également une très légère reprise de l’activité début mai, avec la timide relance de l’industrie automobile, dont la production était à l’arrêt depuis mars. L’industrie automobile a accusé en février une hausse des capacités de transports disponibles de 21,3 % (+ 25,6 % pour la chimie, + 29,5 % pour les matériaux de construction).

Globalement, la demande en capacités de transports a reculé  en janvier de 17 % par rapport à 2019, et de 30 % en février. Ce même mois, avant le lockdown, les prix des transports avaient reculé de 8,6 % par rapport à janvier, et même de 14,2 % pour la chimie, selon l’indice Transporeon de Tim Consult, l’un des indices de référence du secteur. "Nous constatons depuis des mois une tendance à la hausse des capacités et à la baisse des prix", explique Oliver Kahrs, le patron de Tim Consult. 

Auteur

  • Nathalie Versieux, correspondante à Berlin

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format