Menu
S'identifier

Les premiers camions électriques Volvo FL et FE débarqueront en 2020

Actu-Transport-Logistique.fr | Routier | publié le : 15.11.2019 | Dernière Mise à jour : 18.11.2019

Le Volvo ​​​​​​​FL Electric de 16 t est équipé d’un moteur électrique développant une puissance maximale de 200 kW.

Crédit photo Volvo

Volvo Trucks annonce la commercialisation de ses premiers camions électriques destinés au transport urbain de marchandises.

Pour l’an prochain, Volvo Trucks annonce la commercialisation de ses camions électriques Volvo FL Electric et Volvo FE Electric en France et sur plusieurs marchés européens. "Le développement de l’urbanisation impose de plus en plus la mise en place d’une logistique urbaine et d’un transport par camion à la fois sans émission et avec moins de bruit. Avec les Volvo FL Electric et Volvo FE Electric, nous sommes en mesure de répondre simultanément aux lourdes contraintes environnementales et aux fortes exigences commerciales de nos clients", déclare Jonas Odermalm, vice-président de la ligne de produits Électromobilité.

200 à 300 km d’autonomie

Les deux véhicules ont été développés pour la distribution, la collecte des ordures et d’autres applications de transport urbain. Le Volvo FE Electric (26 t) est équipé de deux moteurs électriques développant une puissance maximale de 400 kW. Le stockage de l'énergie est réalisé à l’aide de batteries lithium-ion de 200 kWh. Son autonomie peut aller jusqu'à 200 km. Pour sa part le Volvo ​​​​​​​FL Electric de 16 t est équipé d’un moteur électrique développant une puissance maximale de 200 kW.

Le stockage de l'énergie est réalisé à l’aide de batteries lithium-ion jusqu’à 300 kWh. Son autonomie peut aller jusqu'à 300 ​​​​​​​km. La mise en place des Zones à faible émission (ZFE) devrait faciliter l’émergence de ces solutions qui devront cependant s’accommoder de plusieurs contraintes. Outre un prix d’acquisition élevé, "l’un des défis consiste à maximiser la charge utile tout en optimisant l’autonomie", reconnaît Volvo Trucks. Ce qui signifie souvent la remise à plat des plans de transport et de tournées pour s’adapter aux cycles de conduite et de recharges des batteries, avec une analyse fine des itinéraires. 

Des infrastructures insuffisantes

Autre obstacle soulevé, les infrastructures de recharge, guère adaptées aux véhicules lourds. "Nous sommes conscients du fait que les infrastructures de recharge sont encore en développement dans la majorité des villes. Nous travaillons ainsi avec des partenaires publics et privés pour déterminer une stratégie d’expansion à long terme de ces infrastructures de recharge", explique Jonas Odermalm.

Les premiers véhicules seront produits en mars 2020, avec une première commercialisation qui démarrera en Suède, en Norvège, en Allemagne, en Suisse, en France et aux Pays-Bas.

Auteur

  • Grégoire Hamon

Les plus lus

Div qui contient le message d'alerte

Se connecter

Identifiez-vous

Champ obligatoire Mot de passe obligatoire

Mot de passe oublié

Déjà abonné ? Créez vos identifiants

Vous êtes abonné, mais vous n'avez pas vos identifiants pour le site ? Remplissez les informations et un courriel vous sera envoyé.

Div qui contient le message d'alerte

Envoyer l'article par mail

Mauvais format Mauvais format

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format

Div qui contient le message d'alerte

Contacter la rédaction

Mauvais format Texte obligatoire

Nombre de caractères restant à saisir :

captcha
Recopiez ci-dessous le texte apparaissant dans l'image
Mauvais format